4 Vérités - Déchéance de nationalité : "Il y a trop d'improvisation", déclare Lagarde (UDI)

Jean-Christophe Lagarde est l'invité de Roland Sicard sur le plateau des 4 Vérités de France 2 ce mercredi 3 février.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

"Il y a beaucoup d'improvisation" sur le sujet de la déchéance de nationalité et "quand on touche à la Constitution, loi fondamentale de la République, on ne devrait pas être dans l'improvisation", commente Jean-Christophe Lagarde dans les 4 Vérités ce mercredi matin. Et le président de l'UDI de craindre que "toute cette improvisation finisse par aboutir à ce que la majorité ne soit pas réunie au Congrès".

Selon lui, "c'est dommage parce que je trouve que la perte de la nationalité française, certes symbolique, était une chose que nous pouvions organise sans ce pataquès politique qui finit par perdre un peu tout le monde". Le centriste déclare qu'il ne sait pas s'il va voter le projet de déchéance de nationalité, car "le texte final est inconnu. Il change quasiment tous les matins".

Un état d'urgence de 4 mois maximum

Sur la prolongation de l'état d'urgence et son inscription dans la Constitution, "en l'état du texte, le contrôle parlementaire des dérives autoritaires de l'État n'est pas assez assuré et l'état d'urgence n'est pas assez limité dans le temps". L'UDI demande "un état d'urgence limité à quatre mois maximum" avant d'être éventuellement prolongé.

L'Europe est "peu efficace" contre le terrorisme parce qu'elle "est gouvernée par des gens qui n'y croient pas et qui sont incapables de prendre des décisions. Nous avons besoin de créer des garde-côtes européens pour garder les frontières extérieures de l'UE, une police fédérale européenne et un parquet européen". Concernant la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE, Jean-Christophe Lagarde "espère que le Parlement européen ne cédera pas au chantage de David Cameron".