Projet d'attentat déjoué : le suspect français arrêté aux Pays-Bas refuse son extradition vers la France

Anis B., 32 ans, interpellé dimanche, est soupçonné d'être le complice de Reda Kriket, l'homme arrêté à Boulogne-Billancourt jeudi.

Un policier néerlandais à Rotterdam (Pays-Bas) lors de l'arrestation d'Anis Bahri, un Français de 32 ans soupçonné de préparer un attentat en France, le 27 mars 2016.
Un policier néerlandais à Rotterdam (Pays-Bas) lors de l'arrestation d'Anis Bahri, un Français de 32 ans soupçonné de préparer un attentat en France, le 27 mars 2016. (MARTEN VAN DIJL / ANP MAG / AFP)

Mis à jour le , publié le

Anis B., le suspect français arrêté aux Pays-Bas, refuse son extradition vers la France, a indiqué le parquet d'Amsterdam, mardi 29 mars. Arrêté dimanche à Rotterdam, on le soupçonne d'avoir été mandaté par l'organisation Etat islamique pour commettre un attentat en France avec Reda Kriket. Cet ex-braqueur âgé de 34 ans a arrêté jeudi à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), près de Paris. Son appartement, situé à Argenteuil (Val-d'Oise) a ensuite été perquisitionné, révélant un impressionnant arsenal.

Des munitions et du matériel informatique découverts

Anis B. va rester en détention aux Pays-Bas et la justice a désormais 90 jours pour examiner la demande d'extradition transmise par la France, a précisé le parquet.

Très peu de détails ont été communiqués sur le profil de ce Français de 32 ans et sur cette affaire. Mais Anne-Claire Poignard, de France 2, a précisé que "des munitions, des téléphones portables, des disques durs de l'argent et des stupéfiants ont été retrouvés au cours de perquisitions réalisées après l'arrestation du Français à Rotterdam".