Projet d'attentat déjoué : l'impressionnant arsenal découvert chez Reda Kriket

Le procureur de Paris, François Molins a détaillé l'arsenal "prêt à l'emploi" et "d'une ampleur inédite" découvert dans l'appartement perquisitionné à Argenteuil. 

Un véritable arsenal a été découvert lors de l'opération de police menée le 24 mars à Argenteuil (Val-d'Oise) au domicile de Reda Kriket.
Un véritable arsenal a été découvert lors de l'opération de police menée le 24 mars à Argenteuil (Val-d'Oise) au domicile de Reda Kriket. (ALPHA CIT / CITIZENSIDE / AFP)

Mis à jour le , publié le

La longue énumération du procureur de Paris fait froid dans le dos. François Molins tenait une conférence de presse, mercredi 30 mars, quelques heures après l'annonce de la mise en examen de Réda Kriket. Selon le procureur, ce jihadiste présumé projetait une action "imminente" et d'une "extrême violence". Une hypothèse crédible au vue de l'arsenal "prêt à l'emploi" et "d'une ampleur inédite" découvert dans l'appartement d'Argenteuil (Val d'Oise) et perquisitionné après son arrestation, jeudi 24 mars. 

Des explosifs prêts à l'emploi et de quoi en faire d'autres

C'est un véritable laboratoire que semblent avoir mis au jour les enquêteurs en découvrant notamment "trois bouteilles d'eau oxygénée, de l'acétone, un Tupperware contenant 105gr de TATP, deux bidons contenant de l'acide", selon François Molins. Le TATP étant justement "l'explosif signature" des attentats de l'Etat islamique, comme l'explique Le Monde. Il ont également trouvé dans un coffre-fort six fioles de glycérine acide et 1,3 kg d'explosif industriel.

Ils sont également tombés sur un livre intitulé Le laboratoire moderne ainsi que sur tous les accessoires nécessaires fabriquer d'autres bombes : un récipient pour faire des expériences, des thermomètres, des doseurs, des seringues, une balance électronique, ainsi que des gants et masques de protection et un détonateur à seringue rempli de poudre avec alimentation électrique prêt à l'emploi. Un sac contant des têtes de guirlandes électriques coupées qui peuvent servir de détonateur en les remplissant de TATP a également été découvert. Sans doute pour faire de plus de dégâts, des milliers de billes d'acier ont été retrouvées dans quatre cartons "de 10cm par 10 cm" .

Des armes de guerre

Lors de la perquisition de cet "appartement conspiratif", les enquêteurs ont mis la main sur cinq fusils d'assaut de type Kalachnikov et leurs chargeurs, ainsi que sept armes de poing. Ils ont également découvert  un pistolet mitrailleur d'origine croate, vraisemblablement un Zagi M-91, ainsi que de "très nombreuses munitions".

Des passeports volés et des ordinateurs

Les policiers ont également retrouvé cinq passeports français volés, sept téléphones "dont plusieurs neufs et encore dans leurs emballages", ainsi que deux ordinateurs portables. L'exploitation de leur contenu a déjà permis par ailleurs de faire apparaître "de la documentation en lien avec des groupes jihadistes ainsi que la fabrication artisanale de produits explosifs".