Fusillade à Bruxelles : le quartier bouclé, les habitants retranchés chez eux

Les parents d'élèves sont notamment très inquiets pour les enfants scolarisés dans les écoles du quartier où a éclaté la fusillade. 

Un policier sur un toit, rue du Dries, à Forest (Bruxelles), où a éclaté une fusillade lors d'une perquisition, le 15 mars 2016. 
Un policier sur un toit, rue du Dries, à Forest (Bruxelles), où a éclaté une fusillade lors d'une perquisition, le 15 mars 2016.  (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le quartier de Forest, à Bruxelles, est bouclé. Des coups de feu ont éclaté mardi 15 mars en début d'après-midi, lors d'une perquisition menée dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre. Alors qu'une opération de police de grande envergure est en cours pour retrouver au moins un homme armé, les habitants, appelés à la prudence, expriment leur inquiétude. 

"Il y a une vingtaine de voitures de police. Des véhicules blindés viennent d'arriver, les flics ont tous leur arme au poingUn hélicoptère tourne au-dessus de Forest. Toutes les rues adjacentes sont bloquées", décrit un témoin cité par RTL.be"Il y a un hélicoptère qui tourne, on voit des policiers avec des boucliers, d'autres sont en civil avec des armes. Quand on ouvre la fenêtre, on nous crie de rentrer chez nous, ça fait peur", confie une habitante du quartier.

Interrogés par les médias belges, les habitants de Forest, dans le sud-ouest de la capitale belge, indiquent être cloîtrés chez eux : "Les gens ne peuvent pas sortir, on ne peut pas ouvrir nos fenêtres", confirme une autre habitante à RTL.be. "Il y a des tirs de balles sans cesse, encore maintenant. Mon mari est planqué dans la cuisine. On ne sait jamais. On a peur des tirs de balles perdues. Ça n'arrête plus !" raconte encore un témoin. 

Les enfants ont été mis à l'abri 

Plusieurs écoles se trouvent dans le quartier où s'est déroulée la fusillade. "Les élèves sont retranchés et en sécurité", selon le bourgmestre de Forest, Marc-Jean Ghyssels. "Il n'y a pas lieu de s'inquiéter dans la mesure où les bâtiments sont fermés et gardés par la police", a-t-il précisé, cité par le site de la Dernière Heure"Les parents des élèves concernés patientent actuellement, dans la salle du collège située au n°14 de la rue Saint-Denis", poursuit le site, tandis qu'un journaliste fait part du climat d'inquiétude qui règne parmi eux.