Comment la police a remonté la piste de Salah Abdeslam

C'est l'opération menée mardi à Forest, une commune de Bruxelles, qui a permis de débusquer le terroriste présumé. Il a finalement été arrêté à quelques kilomètres de là, à Molenbeek.

Le portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015 par la police nationale.
Le portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015 par la police nationale. (POLICE NATIONALE / AFP)

Mis à jour le , publié le

Quatre mois après les attentats du 13 novembre, Salah Abdeslam, suspecté d'avoir été l'un des membres des commandos terroristes, a été arrêté vendredi 18 mars à Molenbeek (Belgique), une commune de Bruxelles. Son interpellation est venue conclure une traque qui a connu une accélération dès mardi 15 mars.

>> DIRECT. Les suites de l'opération antiterroriste à Molenbeek

Acte 1. Une perquisition de routine tourne à la fusillade

Mardi, à Forest, une autre commune de l'agglomération de Bruxelles, une équipe de six enquêteurs franco-belges s'est présentée pour une perquisition de routine dans un appartement, dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre. Ils pensaient le logement vide, mais ils sont accueillis par des tirs d'armes automatiques. A l'intérieur, trois hommes sont retranchés. Une opération antiterroriste est immédiatement lancée.

L'un des terroristes retranchés est abattu par un tireur d'élite de la police. Les deux autres parviennent à s'enfuir en passant par les toits.

Acte 2. Le terroriste tué est identifié comme étant un proche de Salah Abdeslam

Mardi dans la soirée, les policiers ont identifié l'homme tué à Forest. Il s'agit de Mohamed Belkaïd, un Algérien de 36 ans entré illégalement en Belgique, et jusque-là non connu de la justice belge, si ce n'est pour un vol simple. Rapidement, les enquêteurs découvrent que cet homme est en fait un proche de Salah Abdeslam, connu sous le faux nom de Samir Bouzid, recherché depuis début décembre.

Lors de leurs investigations lancées après le 13 novembre, les enquêteurs en charge des investigations ont en effet défini que le 9 septembre 2015, Salah Abdeslam, a été contrôlé à la frontière entre l'Autriche et la Hongrie. Il est accompagné de deux hommes, qui se présentent avec "de fausses cartes d'identité belges au nom de Samir Bouzid et Soufiane Kayal".

Le 17 novembre, quatre jours après les attentats de Paris, c'est au nom de Samir Bouzid qu'est effectué un virement de 750 euros à la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, l'un des organisateurs présumés des attentats.

Acte 3. Les empreintes de Salah Abdeslam retrouvées dans l'appartement de Forest

Tout s'est surtout accéléré après la découverte d'empreintes digitales correspondant à celles de Salah Abdeslam dans l'appartement perquisitionné à Forest. Ces traces papillaires ont été retrouvées sur un verre, laissant penser aux enquêteurs que le terroriste présumé était présent lors de l'opération, comme le relaie la RTBF : "C'est plus que probable qu'il [Salah Abdeslam] soit l'un des deux individus qui ont pris la fuite lors de la fusillade".

Acte 4. Un homme signale l'adresse de sa planque à la police

C'est peut-être l'acte décisif qui a permis la localisation de l'homme le plus recherché d'Europe. Selon France 2, un homme s'est rendu vendredi matin dans un commissariat de Bruxelles, pour indiquer aux policiers l'adresse où se cachait le terroriste présumé. Quelques heures plus tard, l'assaut est lancé à Molenbeek, sa commune d'origine, où des dizaines de policiers encerclent le logement. Salah Abdeslam est finalement blessé à la jambe lors des échanges de tirs et interpellé.

Mais selon RTBF, Abdeslam aurait été également repéré après avoir utilisé son téléphone portable pour contacter un ami de Molenbeek afin de trouver une nouvelle planque. La télévision belge souligne un autre élément troublant. Les fiunérailles de Brahim Abdeslam, le frère de Salah Abdeslam, ont été intégralement filmés jeudi, à la veille de l'arrestation du jihadiste. Plusieurs hypothèses sont évoquées entre la possibilité d'une vidéo de propagande et la volonté pour Salah Abdeslam de voir l'inhumation de son frère. En tout cas, ce dernier n'était pas présent à l'enterrement, toujours selon la RTBF.

Enfin selon le site Politico (en anglais), un détail a convaincu les policiers de lancer l'assaut sur la maison de Molenbeek où Salah Abdeslam a été découvert. les enquêteurs ont tiqué remarqué une commande de pizzas beaucoup trop importante par rapport au nombre de personnes qui auraient du se trouver dans le logement.