Avant les attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud a voyagé au Royaume-Uni sans être inquiété

Pourtant surveillé, le jihadiste belge est parvenu à se rendre dans le pays durant l'année 2015, où il a rencontré d'autres jihadistes à Birmingham et Londres, révèle le quotidien britannique "The Guardian". 

Le "cerveau" présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud (photo non datée).
Le "cerveau" présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud (photo non datée). (AP / SIPA)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Organisateur présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud aurait effectué un voyage au Royaume-Uni durant l'année 2015, révèle The Guardian (en anglais), dimanche 10 janvier.

A en croire le quotidien britannique, ce jihadiste belge a gagné le pays en empruntant un ferry dans un port du Kent. Une fois sur place, il a rencontré d'autres jihadistes présumés – à Birmingham et Londres. Sur son téléphone, plusieurs photos de son voyage ont été découvertes, dont des clichés de bâtiments emblématiques. Etait-ce dans le but de planifier des attaques au Royaume-Uni ? Sur ce point, les services de renseignement sont divisés.

Les autorités britanniques refusent de commenter l'affaire

Parti en Syrie pour rejoindre l'Etat islamique dès 2013, Abdelhamid Abaaoud était surveillé par les agences de renseignements européennes. Mais les services britanniques n'ont appris l'existence de ce voyage britannique que bien plus tard, quand les enquêteurs français ont mis la main sur son corps mutilé et sur son téléphone, dans les ruines de l'immeuble de Saint-Denis où il est mort.

Sollicitées par le Guardian, les autorités ont refusé de commenter d'éventuelles failles dans la sécurité des frontières, un sujet très sensible outre-Manche. "C'est incroyable qu'un terroriste ait pu entrer et sortir ainsi du pays", s'est ému le député travailliste Keith Vaz. "Quand on leur a demandé si des personnes impliquées dans les attentats de Paris s'étaient rendues au Royaume-Uni, ni le ministère de l'Intérieur, ni la police des frontières n'ont voulu répondre."