Attentats du 13 novembre : qui est Ahmed Dahmani, l'ami de Salah Abdeslam ?

Ce Belge de 26 ans a été arrêté quelques jours après en Turquie pour "trafic de migrants".

Ahmet Dahmani est arrêté par la police à Antalya (Turquie), le 16 novembre 2015.
Ahmet Dahmani est arrêté par la police à Antalya (Turquie), le 16 novembre 2015. (BUYUKKESKIN / ZAMAN / SIPA)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il a été arrêté trois jours après les attentats de Paris du 13 novembre. Ahmed Dahmani, un Belge d'origine marocaine de 26 ans, a été interpellé à la station balnéaire d'Antalya (Turquie) pour "trafic de migrants". Le Parisien a publié, lundi 22 février, une enquête consacrée à ce proche de Salah Abdeslam, membre toujours en fuite du commando qui a attaqué des terrasses parisiennes. Francetv info détaille ce que l'on sait de celui qui, selon le quotidien, pourrait être "sans doute l'homme qui en sait le plus sur les préparatifs des attentats du 13 novembre".

Un enfant de Molenbeek

D'après Le Parisien, Ahmed Dahmani est né en 1989 à Al-Hoceïma, sur la côte nord-est du Maroc. En 1995, il s'installe à Saint-Gilles, dans la banlieue de Bruxelles, en Belgique, puis déménage à Molenbeek trois ans plus tard. Il est naturalisé belge en 2005.

Metronews rapporte qu'il se met à fréquenter le club de boxe anglaise de la rue du Boulet, à Bruxelles, en 2009. Mais le poids moyen arrête la compétition le 21 février 2010 sur une défaite contre Matingu Kindele à Vlissingen, aux Pays-Bas. Auprès de Metronews, le club décrit un garçon "réservé comme beaucoup d'autres ici". En 2012, ses ambitions sportives s'envolent définitivement après un contrôle de dopage positif au cannabis.

Si la boxe était devenue pour lui une discipline de vie, c'est peut-être parce qu'il avait fait de nombreuses bêtises au point d'être bien connu des services de police et de justice. Au total, le nom d'Ahmed Dahmani apparaît dans 51 affaires différentes pour violences, outrage, trafic et usage de drogue, port d'arme ou exhibitionnisme. Ce parcours dans la délinquance, il l'a commencé très tôt : il a 12 ans lorsqu'il commet son premier vol.

Il pourrait faire partie d'un réseau de passeurs

Lorsqu'il est arrêté en Turquie, avec un faux passeport syrien portant sa photo, les policiers découvrent dans son téléphone "les numéros de deux passeurs turcs surveillés par la police locale", écrit Le Parisien. Le journal affirme également qu'il a séjourné en Turquie deux semaines là-bas entre le 10 et le 24 février 2015.

Mais plus globalement, Ahmed Dahmani a une certaine connaissance d'Europe orientale. Le 1er août 2015, avec Salah Abdeslam, ils embarquent depuis Bari, dans le sud de l'Italie, vers Patras, en Grèce. Ils font le trajet inverse trois jours plus tard. "Des allers-retours suspects sur des routes habituellement empruntées par les passeurs", écrit Le Parisien.

Un bon connaisseur du dossier indique auprès du journal qu'"il aurait été condamné lourdement dans cette affaire [de trafic de migrants] mais nous peinons à obtenir des informations précises sur ce point de la part des autorités turques".

Un complice des attentats de Paris ?

"Dahmani était en relation téléphonique avec deux commandos de Daech en Europe", indique au Parisien une source proche du dossier. Des commandos qui ne devaient pas intervenir à Paris mais en Autriche. Parmi eux, Fozi B. et Faysal A., un Algérien de 28 ans et un Pakistanais de 34 ans. Tous deux ont été interpellés le 10 décembre dans un foyer de demandeurs d'asile de Salzbourg (Autriche).

D'après le site Metronews, Ahmed Dhamani pourrait avoir participé au repérage des cibles des attentats du 13 novembre : le Stade de France, les terrasses parisiennes et la salle de concert du Bataclan. Rien n'est encore confirmé. Mais Le Parisien affirme que la Belgique a réclamé son extradition dans le cadre de ses investigations sur le 13 novembre.