Attentats de Paris : "Pacte de sécurité et pacte de stabilité sont compatibles"

Étienne Lefebvre, rédacteur en chef aux Échos, et Christophe Ramaux, enseignant à la Sorbonne, débattent ce mardi 17 novembre sur le plateau du Grand Soir 3.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

"Il faut mettre plus de moyens pour la sécurité des Français", estime le journaliste Étienne Lefebvre. "La Commission européenne a dit qu'elle regarderait avec bienveillance le dérapage du déficit français. Il y a un pacte de sécurité compatible avec le pacte de stabilité". "Un policier, ce n'est pas simplement utile et coûteux mais ça rapporte, ça contribue au PIB de 20 milliards, les personnels hospitaliers, c'est 50 milliards, les enseignants c'est 100 milliards. Et ça c'est payé par l'impôt, il faut réhabiliter l'impôt, cesser de fustiger l'impôt", explique quant à lui l'économiste Christophe Ramaux.

"Il faut aussi un pacte social"

"Les dépenses annoncées et justifiées, c'est environ un milliard d'euros, ce n'est que 0,1 point de déficit de plus, donc la France va confirmer son objectif d'être en dessous de 3 % en 2017 tout en débloquant des moyens importants, c'est compatible", précise Étienne Lefebvre. "Si la posture guerrière sert à masquer le désastre social, les Français ne seront pas dupes. Il faut un pacte de sécurité mais aussi un pacte social", avertit enfin Christophe Ramaux.

Le JT
Les autres sujets du JT