Attentats de Paris : Manuel Valls évoque des "risques chimiques et bactériologiques"

Le Premier ministre a parlé devant l'Assemblée nationale de risques chimiques et bactériologiques. Des mots qui ont tout particulièrement marqué.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

À l'Assemblée nationale jeudi 19 novembre, Manuel Valls a évoqué les risques d'attaques chimiques et bactériologiques. Des mots "qui ont provoqué quelques émotions ici", précise Thierry Curtet, en direct de l'Assemblée nationale. "Il faut dire que ces mots concluaient une longue énumération prononcée par le Premier ministre pour énumérer tous les moyens que Daesh utilise pour faire la guerre en Syrie", ajoute le journaliste de France 2.

"Ajouter de la peur à la peur"

Ainsi, rien ne permet d'affirmer qu'une telle menace pèse actuellement sur la France. "Aucune information ne permet de crédibiliser cette menace sur notre territoire", affirme le journaliste. À la suite de cette déclaration fracassante, certains députés ont reproché à Manuel Valls "d'ajouter de la peur à la peur", rapporte Thierry Curtet.
Lors de la séance, l'état d'urgence a par ailleurs été approuvé par les députés. Selon le journaliste, seule "une poignée de députés" est contre ce texte.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manuel Valls à l'Assemblée nationale lors d'une séance de questions au gouvernement le 17 novembre 2015 
Manuel Valls à l'Assemblée nationale lors d'une séance de questions au gouvernement le 17 novembre 2015  (CITIZENSIDE/ YANN KORBI / AFP)