Attentats à Paris : le récit des attaques minute par minute

Une équipe de France 2 revient sur le déroulé des attaques terroristes qui ont frappé la capitale vendredi 13 novembre.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Six attaques coordonnées en 33 minutes. Le déroulé de la vague d'attaques qu'a subi Paris vendredi 13 novembre se précise.
Tout commence à 21h20 au Stade de France avec un bruit assourdissant. À l'extérieur de l'enceinte, porte D, un kamikaze vient de se faire exploser. C'est le début de la série d'attentats. Cinq minutes plus tard rue Alibert, deuxième attaque. Les terrasses d'un bar et d'un restaurant, Le petit Cambodge, viennent d'être pris pour cible. Trois assaillants se trouvaient à bord d'une Seat noire selon les témoins. Ils sont armés d'un kalachnikov et visent les terrasses du 10e et 11e arrondissement. À 21h32, rue de la Fontaine au Roi, un nouveau bar est mitraillé. Puis un autre quatre minutes plus tard, à 2km de là, rue de Charonne. À chaque fois, la même Seat noire est aperçue et les mêmes rafales entendues. Entre temps, au Stade de France, à 21h30, une deuxième explosion retentit. Un autre kamikaze déclenche sa bombe, cette fois porte H. aucun doute, les attentats sont coordonnés.

L'assaut donné à 00h20

À 21h40, une Polo noire se gare devant le Bataclan. Des spectateurs assistent à un concert de rock, 1 500 personnes sont dans la salle. Trois terroristes, peut-être quatre ouvrent le feu. Une partie du public réussit à s'enfuir. Au Stade de France, le match est terminé, mais une partie des supporters est rassemblée sur la pelouse. À 21h53, un troisième kamikaze s'est fait exploser à proximité de l'enceinte. Les attaques ont duré 33 minutes. Il est 00h20 au Bataclan lorsque les troupes d'élite lancent un assaut. Deux terroristes se font exploser un troisième est tué par les forces de l'ordre. La France vient de vivre la série d'attentats la plus meurtrière de son histoire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier lors de l'intervention au Bataclan, vendredi 13 novembre.
Un policier lors de l'intervention au Bataclan, vendredi 13 novembre. (DOMINIQUE FAGET / AFP)