Attaque à Valence : les motivations du suspect restent obscures

Le suspect semble avoir agi seul. France 3 fait le point sur l'enquête samedi 2 janvier.

Voir la vidéo

Mis à jour le , publié le

L'homme qui a foncé sur les militaires vendredi 1er janvier à Valence (Drôme), habitait à Bron (Rhône), dans la banlieue lyonnaise. Son domicile et sa voiture ont été perquisitionnés ce samedi 2 janvier. Aucune arme n'a été trouvée ni aucun document le reliant au radicalisme religieux ou à un groupe terroriste.

L'enquête toujours pas confiée au parquet antiterroriste

Jusqu'ici, on sait que l'homme est âgé de 29 ans, Français d'origine tunisienne. C'est une surprise totale pour ses voisins. Le suspect n'a pas de passé psychiatrique, il est inconnu des services de police et de renseignement. Sérieusement blessé par balle au bras et à la jambe, le suspect est actuellement interrogé par les enquêteurs. Même si au moment de l'attaque il aurait crié "Allah est grand", ces motivations restent pour l'instant obscures. Ce samedi soir, on apprend que des images de propagandes jihadistes auraient été retrouvées sur l'ordinateur du suspect, mais pour l'heure, l'enquête n'a toujours pas été confiée au parquet antiterroriste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une voiture dans un fossé après avoir été prise pour cible par des militaires, le 1er janvier 2016, lors d'une attaque contre des soldats devant une mosquée, à Valence (Drôme).
Une voiture dans un fossé après avoir été prise pour cible par des militaires, le 1er janvier 2016, lors d'une attaque contre des soldats devant une mosquée, à Valence (Drôme). (PATRICK GARDIN / AFP)