DIRECT. Attentat de Nice : Valls nie toute faille des forces de sécurité

Un homme a foncé dans la foule avec un camion après le feu d'artifice du 14-Juillet sur la promenade des Anglais. Il a fait au moins 84 morts.

Des policiers devant la promenade des Anglais, à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 juillet 2016.
Des policiers devant la promenade des Anglais, à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 juillet 2016. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Carnage à Nice (Alpes-Maritimes). Un camion, dont le chauffeur vient d'être identifié formellement, a foncé sur la foule, jeudi 14 juillet, sur la promenade des Anglais, peu après la fin du feu d'artifice tiré à l'occasion de la fête nationale. "C'est un terroriste sans doute lié à l'islamisme radical d'une manière ou d'une autre", a déclaré vendredi soir le Premier ministre, Manuel Valls, alors invité de l'édition spéciale du journal de 20 heures de France 2. Un peu plus tôt, il avait annoncé trois jours de deuil national, du 16 au 18 juillet.

84 morts dont 10 enfants. C'est le bilan annoncé par le procureur de Paris, François Molins, à 17 heures. Parmi les victimes, on compte aussi 202 blessés dont 52 dans un "état d'urgence absolu". Vingt-cinq sont toujours en réanimation.

>>Ce que l'on sait de l'attaque qui a fait 84 morts et des dizaines de blessés

Le tueur identifié. Des papiers ont été retrouvés à l'intérieur du véhicule. Après vérification, il s'agit bien de ceux du conducteur abattu, un Tunisien de 31 ans, domicilié à Nice. Selon une source policière, l'homme n'était pas connu des services de renseignement pour radicalisation. Il était en revanche connu de la police pour des faits de droit commun, principalement des violences. Il a été condamné à six mois de prison avec sursis, en mars 2016, pour des faits de violence avec arme. 

>> Ce que l'on sait du camion et de son chauffeur

L'état d'urgence est prolongée pendant trois mois, a annoncé le chef de l'Etat. Les perquisitions administratives, c'est-à-dire le droit pour les forces de l'ordre de rechercher des preuves et des documents au domicile d'une personne sans l'aval d'un juge, sont aussi réintégrées pour trois mois.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #NICE

21h56 : Interrogé par un journaliste de la BBC, le père du chauffeur du camion de Nice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, a indiqué que son fils était suivi par un psychiatre en raison de troubles mentaux.

21h49 : Au lendemain du drame, Nice Matin met à sa une la "douleur infinie" des familles dans son édition à paraître demain.

21h37 : Libération n'avait pas eu le temps hier soir de modifier sa une pour évoquer l'attaque de Nice. Le quotidien le fait évidemment dans son numéro à paraître demain, avec un simple mot inscrit sur le pare-brise du camion meurtrier.

21h35 : Voici d'ailleurs l'intervention de Bernard Cazeneuve à ce sujet sur TF1. Le ministre de l'Intérieur a refusé de lier en l'état Mohamed Lahouaiej-Bouhlel aux réseaux islamistes radicaux.



(TF1)

21h27 : @un d' Août et @ncnc : Vous êtes nombreux dans les commentaires à nous faire part de cette réflexion. Je ne peux que vous renvoyer vers les discours des différents responsables, plus ou moins prudents à ce sujet.

Pour le procureur de la République François Molins, l'acte de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel "correspond" aux "appels aux meurtres" des groupes jihadistes. Pour Manuel Valls, l'homme est un "terroriste, sans doute lié à l'islam radical". Son ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a ce soir été plus mesuré à ce sujet.

21h26 : L'attentat de Nice n'a toujours pas été revendiqué par l'organisation Etat islamique que je sache. Pourquoi ça ne pourrait pas être le geste d'un pétage de plomb vu les antécédents de violence?

21h26 : Et si c'était un suicidaire, qui ne se remettait pas de sa séparation conjugale ?

21h17 : Mouvement de panique à Nice, où un individu a été interpellé alors qu'il portait une machette aux alentours de la promenade des Anglais, rapportent des journalistes sur place.

21h04 : Les discours de Juppé et Estrosi au lendemain de ce drame sont inacceptables. Il représente à eux deux la dérive de notre système politique. Comment peut- on récupèrer la mort des victimes ?

21h04 : C'est bien beau ces discours monsieur Valls. Mais vous n'étiez pas à Nice la nuit dernière. Vous ne savez pas l'horreur et le cauchemar vécus.... Il faut parfois savoir se taire!

21h04 : Dans nos commentaires, les réactions des responsables politiques n'ont pas bonne presses. @Agnès s'insurge contre les mots de compassion de Manuel Valls, tandis que @Raph juge que ce sont les personnalités de droite qui ne se montrent pas à la hauteur du drame.

20h59 : Après s'être entretenu avec François Hollande au sujet de l'attaque de Nice, Barack Obama dénonce ce soir une attaque "effroyable" contre la liberté.

20h52 : Jean-Pierre Filiu, spécialiste du terrorisme et du jihadisme, juge que le monde "est arrivé littéralement sur le terrain où les jihadistes voulaient nous amener". Voici son intervention sur le plateau du journal de France 2.

(FRANCE 2)

20h48 : "Une campagne électorale ne mérite pas que nous divisions le pays. C'est beau, être Français. La plus belle réponse à ce que nous vivons, c'est être Français, républicain et patriote."

L'interview de Manuel Valls est terminée.

20h46 : "Je comprends que des familles puissent avoir peur. Mais l'une des réponses, c'est de rassembler, de faire en sorte que le racisme, l'antisémitisme, reculent."

20h45 : Sur la place de la République, où des hommages aux victimes des attentats de janvier et novembre 2015 étaient rendus, un mausolée s'est spontanément constitué après l'attentat de Nice. Voici quelques photos, publiées par une journaliste de Buzzfeed France.

20h35 : Le ministre de l'Intérieur, invité de TF1, ne s'avance donc pas autant que Manuel Valls, qui a indiqué plus tôt sur France 2 que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était un "terroriste sans doute lié à l'islamisme radical".

20h38 : Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, ne peut pas "en l'état" affirmer le lien entre l'homme abattu et l'islamisme radical.

20h38 : "Je pense que Daech recule en Irak et en Syrie, mais la guerre est loin d'être terminée. (...) Nous devons continuer le combat engagé contre la radicalisation. La guerre est là, même si elle est différente de celle que nous avons connue au 20e siècle."

20h29 : "C'est un terroriste, sans doute lié à l'islamisme radical" a dit Manuel Valls au sujet de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.


(FRANCE 2)

20h27 : Plus de 1 300 appels ont été reçus par la permanence téléphonique de la cellule de soutien psychologique mise en place à Nice, annoncent nos confrères de France 3 Côte d'Azur.

20h26 : "Nous serons plus forts que les terroristes car nous sommes rassemblés autour des valeurs de la France."

20h24 : "J'en ai assez qu'on remette en cause les forces de sécurité, à qui nous avons donné des moyens. Quinze projets d'attentats ont été évités ces trois dernières années."

20h25 : "Les terroristes cherchent à nous diviser. Ceux qui ne sont pas à la hauteur des événements ne font pas honneur à notre pays."

Manuel Valls évoque les polémiques qui ont été lancées immédiatement après l'attentat. Il demande aux responsables politiques de "faire bloc".

20h20 : Les enquêteurs ont perquisitionné un appartement à Nice qui serait le domicile du suspect. Des voisins parlent d'un "fou, un instable". Une femme qualifie le tueur présumé d'un "homme pas normal" : "il nous regardait bizarrement, quand on arrivait derrière il nous claquait la porte."



(FRANCE 3)

20h16 : "Il y aura sans doute encore des victimes innocentes. Quand je prononce ces mots, j'en mesure la gravité. Mais c'est une guerre de longue haleine, à l'extérieur mais aussi sur notre sol."

20h12 : "On ne peut pas s'habituer à cela. Il y a encore quelques jours, je disais qu'il y aurait encore des victimes innocentes. Nous menons la guerre contre le terrorisme. Daech recule."

20h18 : "Nous avons tous le cœur serré (...) C'est un terroriste, sans doute lié au l'islamisme radical d'une manière ou d'une autre."

L'interview de Manuel Valls débute.

20h05 : Trois étudiants de Berkeley (Californie), qui effectuaient un échange universitaire à Nice, figurent parmi les blessés de l'attentat. Un autre, Nicolas Leslie, âgé de 20 ans, n'a pas donné de nouvelles, indique le site de l'université.

19h58 : Le Premier ministre Manuel Valls est l'invité de France 2 après l'attentat de Nice. Suivez le journal de 20 heures en direct en cliquant ici.

20h25 : Cet Antony décrit quelqu'un de "gentil, réservé et serviable", et qui "buvait de l'alcool". "La religion, il s'en foutait", ajoute cet homme, qui a transmis à l'Alsace un cliché présenté comme celui du conducteur du camion.

19h56 : Le quotidien régional L'Alsace publie ce soir le témoignage d'un certain Antony, chauffeur-livreur à Mulhouse qui aurait connu Mohamed Lahouaiej-Bouhlel en 2012.

19h49 : "J'ai eu du mal à y croire en apprenant son nom. Quand je l'ai défendu en mars, il n'avait pas de problème psychologique apparent, et il n'avait pas l'air d'un radicalisé."

Il y a quatre mois, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait eu maille à partir avec la justice. Mais à l'époque, comme le raconte son avocat commis d'office à notre journaliste Christophe Rauzy, "rien ne laissait penser qu'il en viendrait à commettre des actes aussi inhumains".

19h45 : Aux abords de la promenade des Anglais, un mausolée a été improvisé par les Niçois au lendemain de l'attaque.

19h51 : Le thriller Bastille Day avec Idriss Elba, sur une jeune Française préparant un attentat à la veille du 14-Juillet, a été maintenu en salles malgré le contexte délicat. Les cinémas pourront toutefois décider de le retirer de l'affiche, a indiqué Studiocanal, qui distribue le long-métrage.

19h37 : Nouveau dessin de presse en hommage aux victimes de Nice. Il provient cette fois d'Ed Hall, un dessinateur californien.

19h33 : Mexique, Etats-Unis, Allemagne... Plusieurs pays ont manifesté leur soutien envers la France et la ville de Nice, après l'attaque au camion qui a tué au moins 84 personnes jeudi soir. Notre journaliste Anna Pereira a recensé les hommages dans un article.



(YURI CORTEZ / AFP)

19h26 : François Hollande réunira demain tous les membres du gouvernement à l'issue du Conseil de défense, annonce l'Elysée.