Attentat de Nice : ces héros ordinaires qui ont sauvé des vies

Au milieu d'une foule paniquée, ils ont tenté d'arrêter le tueur au camion, aidé une mère à mettre son enfant au monde ou sauvé un enfant au péril de leur vie.

Des bouquets de fleurs, des bougies et des messages déposés le 16 juillet 2016 sur la promenade des Anglais à Nice en hommage aux victimes de l\'attentat au camion perpétré lors du 14-Juillet.
Des bouquets de fleurs, des bougies et des messages déposés le 16 juillet 2016 sur la promenade des Anglais à Nice en hommage aux victimes de l'attentat au camion perpétré lors du 14-Juillet. (VALERY HACHE / AFP)
avatar
Benoît ZagdounFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Jeudi 14 juillet au soir, 30 000 personnes sont massées sur la promenade des Anglais à Nice. Le feu d'artifice de la fête nationale vient de s'achever. L'ambiance est festive. Soudain, un camion blanc fend la foule et fauche les badauds par dizaines. La panique s'empare des passants qui courent en tous sens pour fuir l'horreur. La course folle du poids lourd s'achève au bout de deux kilomètres. Le conducteur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, est abattu par la police. L'attentat vient de faire 84 morts et des centaines de blessés.

>> Point sur l'enquête, témoignages... Suivez les dernières informations en direct

Au milieu du chaos, des hommes ont tenté d'arrêter le camion et de neutraliser le tueur. D'autres ont mis des enfants à l'abri, aidé une mère à mettre son bébé au monde ou sauvé un inconnu au péril de leur vieVoici les histoires de ces héros ordinaires.

Ce cycliste qui a tenté d'ouvrir la porte du camion

Alexandre assiste au feu d'artifice, puis prend son vélo pour rentrer chez lui. Il traverse le terre-plein de la promenade des Anglais. "J'ai vu le camion surgir, une dame se faire écraser. Il était sur le trottoir, il est revenu sur la route et il est passé devant moi", raconte-t-il à Nice-MatinC'est alors qu'il pose son vélo et court après le camion. "J'ai couru sur une vingtaine de mètres et je me suis accroché à la poignée" du camion, poursuit-il sur BFMTV.

"J'ai essayé trois ou quatre fois d'ouvrir la porte. J'ai vu qu'il [le tueur] cherchait quelque chose, le camion ralentissait et il a pris une arme au bout du compte. Il m'a braqué comme ça [il mime le geste du bras droit] en me regardant dans les yeux. Donc à ce moment-là, j'ai lâché la poignée de la porte", détaille Alexandre.

Braqué, il lâche la portière. Il voit ensuite un autre homme accomplir un geste héroïque. "Il est arrivé en scooter et s'est jeté sous les roues du camion pour l'arrêter", indique-t-il à Nice-Matin. 

Ce motard qui a tenté d'arrêter le camion en marche

Au balcon de son hôtel, un journaliste allemand filme un acte héroïque. Alors que le camion roule à faible allure sur le promenade des Anglais en direction de la foule, un motard arrive à sa hauteur et s'approche de la portière, côté conducteur. Le motard tente de l'ouvrir, mais n'y parvient pas. Il chute et passe sous les roues. Des policiers tirent alors sur le camion. Le chauffeur accélère et fonce sur les passants. On ne sait malheureusement pas, dimanche, quel est l'état de santé de ce motard. 

Ce livreur qui a couru après le poids lourd

Lorsque le camion surgit, Gwenaël, jeune livreur de 26 ans, se trouve sur la plage, en contrebas de la promenade des Anglais. "Il ne s'agissait pas d'un accident. Ce type était en train de faire un massacre", comprend-t-il très vite. Sans hésiter, il laisse ses amis et court après le poids lourd qui fonce sur la foule. "Dans son sillage, c'était un champ de morts, de sang et de chair. J'ai dû enjamber des cadavres pour continuer à essayer de m'approcher", raconte-t-il à Nice Matin. Le camion ralentit à plusieurs reprises. Gwenaël tente de le rattraper. En vain. Lorsque les policiers ouvrent le feu sur Mohamed Lahouaiej-Bouhlel au volant du poids lourd, Gwenaël se jette sur un homme et le plaque au sol pour lui éviter de prendre une balle perdue. Dans la pagaille générale, des policiers arrêtent Gwenaël, persuadés qu'il est un complice du tueur au camion. Le jeune homme est entendu longuement puis libéré. 

Cet homme qui a réussi à atteindre le conducteur

Impuissant, Gwenaël voit un autre homme se comporter en héros. Un passant est parvenu à agripper la portière du camion alors qu'il ralentissait. A travers la vitre ouverte, il assène des coups de poing au conducteur qui riposte, armé de son pistolet. Sans toucher sa cible. C'est là que des policiers interviennent et abattent Mohamed Lahouaiej Bouhlel dans la cabine de son poids lourd.

Des policiers inspectent le camion utilisé lors de l\'attaque à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 juillet 2016.
Des policiers inspectent le camion utilisé lors de l'attaque à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 juillet 2016. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Thierry qui a sauvé un enfant de 7 ans

Loïc ne sait rien du sauveur de son fils de 7 ans, si ce n'est qu'il se prénomme Thierry. Jeudi soir, Loïc portait un maillot de l'OGC Nice. Thierry, lui, arborait les couleurs de l'AS Monaco. Les deux supporters rivaux échangeaient quelques plaisanteries. Puis le camion a surgi. Thierry a sauvé le fils de Loïc. Sans lui, l'enfant aurait été percuté par le poids lourd. "Il a eu le réflexe que je n'ai pas eu", dit simplement Loïc à BFMTV. Le père aimerait retrouver son héros pour pouvoir le remercier.

Timothé qui est mort en sauvant son épouse enceinte

Timothé Fournier avait 27 ans. Il était buraliste à Paris. Pour le 14-Juillet, il se trouvait sur la promenade des Anglais avec sa femme, enceinte de sept mois. Le futur père a poussé sa compagne sur le côté, juste avant que le camion ne le percute. Lui n'a pas échappé au choc, a raconté à l'AFP Anaïs, l'une de ses cousines. "C'était une crème de bonté", témoigne-t-elle, "un jeune homme rêveur mais qui était toujours là pour sa femme et son futur enfant."

Edit du 27 juillet 2016 : Après vérification, la mort en héros de Timothé Fournier est une histoire inventée.

Un bouquet de fleurs déposé sur la promenade des Anglais à Nice le 17 juillet 2016 en hommage aux victimes de l\'attentat au camion commis lors du 14-Juillet.
Un bouquet de fleurs déposé sur la promenade des Anglais à Nice le 17 juillet 2016 en hommage aux victimes de l'attentat au camion commis lors du 14-Juillet. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Ces inconnus qui ont aidé une femme à accoucher

Alors que le camion fauche les passants, des milliers des personnes fuient en direction de la plage. Environ 1 500 personnes se retrouvent ainsi sur celle du restaurant Ruhl. Parmi elles, une jeune femme enceinte de neuf mois, subitement prise de contractions. Les employés du restaurant de plage la portent jusque dans les cuisines. Par chance, un médecin est sur place. L'homme l'aide à mettre au monde son enfant. Les pompiers arrivent une heure plus tard et la prennent en charge, elle et son nouveau-né, raconte Le Figaro.

Ces restaurateurs et serveurs qui ont offert un abri

Le long de la promenade des Anglais, une foule apeurée fuit le camion fou. Des parents tendent leurs enfants aux serveurs des restaurants de plage en contrebas qui les mettent à l'abri à l'intérieur de l'établissement. Très vite, il y a près de 500 personnes massées dans l'un d'eux. "L'ambiance était stressante. [...] On essayait de gérer, ce n'était pas facile", témoigne l'un des employés d'un restaurant.

En retrait de la promenade des Anglais, Joël, un Belge venu s'installer sur la Côte d'Azur six ans plus tôt, voit des passants paniqués courir devant la porte de sa friterie, La Fritkot. Il ne sait rien du drame qui se joue à quelques centaines de mètres de là. Mais sans hésiter, il hèle ces inconnus et les entraînent dans sa cave. Une vingtaine de personnes s'y terrent. Des femmes et des enfants, des clients et des touristes y restent jusque tard dans la nuit. Plusieurs sont revenus le voir pour le remercier. "Ce que j’ai fait est tout à fait normal", confie-t-il à Sudinfo.be. "Vous savez, quand une telle catastrophe se passe, on ne réfléchit pas et on essaye de venir en aide aux gens comme on peut."