Antiterrorisme : 12 attentats déjoués depuis le début de l'année 2017, selon Gérard Collomb

Le ministre de l'Intérieur a justifié mardi son projet de loi antiterroriste en évoquant 12 "projets" d'attentats qui auraient été déjoués depuis le début de l'année.

Gérard Collomb le 11 septembre 2017 à Paris.
Gérard Collomb le 11 septembre 2017 à Paris. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

"La menace reste encore forte. Depuis le début de l'année 2017, ce ne sont pas moins de 12 attentats qui ont été déjoués", a indiqué mardi 12 septembre Gérard Collomb. Le ministre de l'Intérieur a esquissé une liste non détaillée de ces "projets" alors qu'il défendait le projet de loi antiterroriste devant la commission des Lois de l'Assemblée nationale.

Il prévoit de faire entrer dans la loi certaines dispositions exceptionnelles propres à l'état d'urgence comme les assignations à résidence, les perquisitions, et les fermetures de lieux de culte administratives ou encore le suivi de passagers aériens. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie pour chacun des "projets" évoqués par le ministre. Voici les douze, dans l'ordre des dates d'arrestation.

23 janvier : projet d'attentat contre une caserne, un commissariat de police ou un supermarché, avec prise d'otages.

10 février : projet d'une attaque kamikaze dans un lieu touristique parisien, ou un endroit festif montpelliérain.

14 février : projet visant prioritairement une attaque violente à l'encontre des forces de sécurité ou de civils dans le métro de Lille (Nord).

21 février : interpellation de trois individus qui avaient évoqué sur les réseaux sociaux la réalisation d'un projet d'attentat, sans en déterminer encore la nature.

18 avril : projet d'action violente dans le contexte de l'élection présidentielle, volonté de commettre un attentat dans un meeting politique.

2 mai : projet d'action à l'encontre de l'école de l'air de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône).

5 mai : projet d'action violente à l'encontre de la base aérienne d'Évreux (Eure).

21 juin : projet d'attaque à l'arme blanche sur la voie publique.

5 juillet : projet d'action violente, sans que le but n'ait encore été défini.

22 août : projet d'action violente à l'encontre de boîtes de nuit parisiennes, visant en particulier des établissements LGBTQI.

4 septembre : projet d'attaque vers un fonctionnaire de police à la kalachnikov.

6 septembre : découverte d'un atelier de fabrication de TATP dans un appartement à Villejuif (Val-de-Marne).