Arrestation à Aulnay-sous-Bois : ouverture d'une information judiciaire contre quatre policiers pour violences volontaires

Des incidents ont éclaté à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), dans la soirée de samedi, après les accusations de viol visant quatre policiers lors de l'arrestation violente d'un jeune homme de la cité des 3000.

La cité des 3 000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où a eu lieu l\'interpellation d\'un jeune homme, le 2 février 2017.
La cité des 3 000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où a eu lieu l'interpellation d'un jeune homme, le 2 février 2017. (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le parquet de Bobigny a ouvert une information judiciaire, dimanche 5 février, pour violence volontaire en réunion avec armes par personnes dépositaires de l'autorité publique contre quatre policiers, selon les informations de franceinfo. Ils sont soupçonnés d'avoir interpellé violemment un jeune homme de 22 ans à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), trois jours plus tôt. 

Samedi soir, des incidents ont éclaté dans la cité des 3000 où a eu lieu l'arrestation. Plusieurs habitants accusent les policiers de viol, après le diagnostic d'une importante blessure à l'anus survenue lors de l'arrestation. Une voiture a été incendiée et plusieurs abribus brisés. Des patrouilles de la Brigade anticriminalité pour contenir les violences. Le calme est revenu autour de 23 heures, selon une journaliste de l'AFP sur place.

Des images de vidéosurveillance

Les conditions d'interpellation après un contrôle d'identité, jeudi, ont profondément choqué les habitants. La scène a été filmée par les caméras de vidéosurveillance de la police municipale et les bandes montrent un policier "porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses" du jeune homme. D'après une source proche du dossier, contactée par franceinfo, son pantalon "glisse de lui-même" dans l'agitation. C’est à ce moment qu'il reçoit le violent coup de matraque qui traverse son caleçon. 

De son côté, Le Parisien a eu accès à des images filmées par les habitants. 


Les policiers nient les faits

La version du jeune homme est différente. Selon lui, l'un des policiers lui aurait introduit sa matraque dans l'anus. Transporté à l'hôpital en sang, il a été examiné par un médecin qui a diagnostiqué "une plaie longitudinale du canal anal" et une "section du muscle sphinctérien". Soixante jours d'interruption totale de travail (ITT) lui ont été prescrits. Les quatre policiers, qui nient les accusations, ont vu leur garde à vue prolongée de 24 heures.