Seine-Saint-Denis : une famille juive séquestrée et détroussée chez elle

Les trois agresseurs auraient déclaré à leurs victimes : "Vous êtes juifs, vous avez de l'argent, on prend l'argent aux juifs pour le donner aux pauvres".

Le parquet de Bobigny a confié à la sûreté territoriale du département une enquête pour vol aggravé par plusieurs circonstances, vendredi 8 septembre.
Le parquet de Bobigny a confié à la sûreté territoriale du département une enquête pour vol aggravé par plusieurs circonstances, vendredi 8 septembre. (google maps)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une famille juive a été séquestrée et détroussée dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 septembre à son domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), une "nouvelle agression antisémite" dénoncée dimanche 10 septembre par les institutions juives.

Selon Le Parisien, trois agresseurs sont entrés par effraction dans la cave du pavillon familial. Ils ont ensuite attaqué les deux propriétaires et leur fils. Le père, âgé de 84 ans, a été violemment molesté. Les agresseurs auraient déclaré à leurs victimes, "des membres connus de la communauté" : "Vous êtes juifs, vous avez de l'argent, on prend l'argent aux juifs pour le donner aux pauvres", selon le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA)Les trois agresseurs se sont enfuis avec un butin dont le montant reste à déterminer.

Le ministre de l'Intérieur informé

Le parquet de Bobigny a confié à la sûreté territoriale du département une enquête pour vol aggravé par plusieurs circonstances – dont le fait que l'agression semble avoir été commise en raison de la religion des victimes –, extorsion aggravée et séquestration, a-t-il indiqué à l'AFP.

"Le ministre de l'Intérieur a demandé un suivi appuyé de l'enquête qu'il suit heure par heure", a confié sur Radio J le secrétaire d'État au Numérique, Mounir Mahjoubi, en condamnant des "faits ignobles""Les services de police restent mobilisés et le préfet de police apporte son soutien à la famille", a indiqué pour sa part à l'AFP un porte-parole de la préfecture de police de Paris.