Prison de Valence : un drone intercepté après avoir livré des objets à un détenu

Un détenu de la prison de Valence s'est fait livrer des objets, a priori interdits, grâce à un drone. Les surveillants de l’établissement ne sont pas parvenus à mettre la main sur le contenu du colis.

La cour du centre pénitentiaire de Valence (archives).
La cour du centre pénitentiaire de Valence (archives). (FLORENCE BEAUDET / RADIO FRANCE)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

C'est une scène digne d'une fiction. Mardi 15 août, à la prison de Valence, un détenu s'est fait livrer des objets a priori interdits grâce à un drone, indique France Bleu Drôme Ardèche, mercredi.

L'engin s’est posé à l’intérieur de la cour du centre pénitentiaire après avoir réussi à passer à travers les mailles du filet anti-hélicoptère qui recouvre la cour de promenade. Il transportait une caméra embarquée et un colis. Cette livraison a été réalisée vers 15h, c'est-à-dire à un horaire où presque tous les détenus de la maison d’arrêt sont à l’extérieur.

La livraison mystérieuse a pu être effectuée

L'alerte a aussitôt été donnée et les détenus fouillés, mais en vain. La livraison mystérieuse a pu être effectuée et est restée dissimulée. Les surveillants de l’établissement ne sont pas parvenus à mettre la main sur le contenu du colis.

C’est la première fois qu’un drone est utilisé comme moyen d'approvisionnement en objets illégaux à l'intérieur de la maison d'arrêt de Valence. Jusqu'à présent, les amis ou proches des détenus lançaient les colis par-dessus les grillages et murs d'enceinte. Mais de plus en plus souvent, ils se font repérer et arrêter. Pas plus tard qu'il y a 10 jours, deux personnes ont été interpellées un dimanche après-midi, dont un mineur.

Cette fois-ci, c'est donc un drone qui a été intercepté. L'engin est entre les mains de la police. Les enquêteurs disposent également de toutes les vidéos de surveillance pour suivre le vol de l'objet, et tenter de repérer le destinataire mais aussi l'expéditeur de ce colis.