Un réseau de pédopornographie démantelé sur WhatsApp

L'opéraion a mobilisé les polices de quinze pays d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud et a été déclenchée par la police espagnole, en coordination avec Interpol et Europol.

Une icône de l\'application WhatsApp sur un écran de smartphone, le 25 mars 2017.
Une icône de l'application WhatsApp sur un écran de smartphone, le 25 mars 2017. (NATALIA SELIVERSTOVA / SPUTNIK / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils s'échangeaint des images et des vidéos pédopornographiques via l'application WhatsApp installée sur leurs téléphones portables. Un trafic mondial a été démantelé. Trente-neuf personnes ont été arrêtées en Amérique latine et en Europe, ont annoncé des sources policières mardi 18 avril.

L'opéraion a mobilisé les polices de quinze pays d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud et a été déclenchée par la police espagnole, en coordination avec Interpol et Europol. Les arrestations ont eu lieu principalement en Espagne, mais aussi en Colombie, en Italie, en Bolivie, en Allemagne, au Costa Rica, au Paraguay, au Chili, au Salvador et au Portugal.

La confidentialité de l'application a "compliqué" l'enquête

L'enquête a débuté en juin 2016, lorsque la police espagnole a identifié plusieurs dizaines de groupes d'utilisateurs de WhatsApp faisant circuler du matériel pédopornographique. Elle a pu remonter jusqu'aux consommateurs d'images et aux producteurs. L'enquête a toutefois été "compliquée", ont affirmé des agents espagnols en conférence de presse à Madrid, en raison de la confidentialité de l'application.

Mais les enquêteurs sont tout de même parvenus à identifier plus de 130 suspects, consommateurs d'images et producteurs. Le matériel pédopornographique saisi est examiné "avec l'objectif d'identifier les enfants qui sont victimes de ces crimes et de les sauver de la situation dangereuse" dans laquelle ils se trouvent, a ajouté Europol.