Police de proximité : "Il faut revenir au principe de base, la police est au service de la population avant d'être au service du pouvoir"

Sur franceinfo, Jean-Pierre Havrin, contrôleur général honoraire de la police, s'est félicité du retour de la police de proximité, promise par le candidat Macron. "Une police aveugle ne sert à rien, il faut qu'elle soit renseignée" a-t-il expliqué. 

Des patrouilleurs de la police nationale à Amiens, le 9 août 2013. 
Des patrouilleurs de la police nationale à Amiens, le 9 août 2013.  (FRED HASLIN / MAXPPP MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La "police de la sécurité du quotidien", nouvelle police de proximité promise par Emmanuel Macron, commencera à être mise en place "dès la fin de l'année", a annoncé mercredi 16 août le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. Une annonce accueillie favorablement par celui qui est considéré comme l'un des pères de la police de proximité à la fin des années 1990, Jean-Pierre Havrin, passé par le cabinet de Jean-Pierre Chevènement, ministre de l'Intérieur de Lionel Jospin, et aujourd'hui contrôleur général honoraire de la police.

Invité de franceinfo, il a estimé que la police est aujourd'hui "un peu borgne" car elle a quitté les quartiers. Pour être efficace, elle "doit être très bien introduite dans tous les secteurs" afin d'obtenir ce qu'il appelle "du renseignement quotidien". Jean-Pierre Havrin, qui a également été directeur départemental de la sécurité publique à Toulouse, appelle aussi à un renforcement de "la justice de proximité".

franceinfo : que pensez-vous de l'annonce de Gérard Collomb ?

Jean-Pierre Havrin : Je suis content qu'on revienne sur le principe d'une police de proximité. À Toulouse, celle-ci a duré quatre ans et on avait pu mesurer la satisfaction des gens dans les quartiers difficiles. Les policiers étaient là pour obtenir du renseignement quotidien et créer ce lien avec la population qui est indispensable. Une police aveugle ne sert à rien, il faut qu'elle soit renseignée. Pour le moment, elle est un peu borgne. Aujourd'hui, une police de proximité serait extrêmement efficace pour tout ce qui a trait au terrorisme.

Quelle serait votre recette pour une police de proximité réellement efficace en 2017 ?

La police doit être là pour servir la population au mieux. Elle doit être proche de la population et elle doit être très bien introduite dans tous les secteurs, en particulier les quartiers difficiles. [...] Il faut aussi recréer l'esprit et la philosophie de la police de proximité. Cela pourrait beaucoup servir les policiers parce qu'on les sent aujourd'hui très déstabilisés. 

Redonner à la police l'orgueil d'être policier, d'être vraiment au cœur et de faire son travail, cela pourrait être une bonne solution pour le moral des troupes.

Jean-Pierre Havrin

à franceinfo

Faut-il aussi une justice de proximité ?

Absolument. Je l'avais d'ailleurs dit, à l'époque, à Jean-Pierre Chevènement. Si on renforce les effectifs de police et qu'on améliore la façon dont elle fonctionne, il faut obligatoirement renforcer la justice. Car si cela s'arrête à nous, la chaîne est rompue et 90% du travail policier passe à la poubelle. Cela ne sert à rien. Il faut donc redonner aux juges les moyens de continuer cette chaîne.

"Il faut revenir au principe de base : la police est au service de la population" Jean-Pierre Havrin, à franceinfo
--'--
--'--