Inédit : un laboratoire de produits cosmétiques contrefaits découvert par les douaniers

La douane a annoncé, mercredi, une découverte "exceptionnelle" et "sans précédent. Plusieurs dizaines de milliers de produits cosmétiques contrefaits ont été saisis dans un laboratoire situé sur le sol français. 

Près de 62 000 produits ont été saisis dans un laboratoire de Seine-et-Marne.
Près de 62 000 produits ont été saisis dans un laboratoire de Seine-et-Marne. (DOUANE FRANCAISE)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Les services des douanes ont annoncé, mercredi 4 janvier, dans un communiqué, la découverte, sur le sol français, d'un laboratoire qui fabrique des produits cosmétiques de contrefaçon et d'un site de stockage de ces produits. Ces contrefaçons imitant des produits cosmétiques étaient vendues en pharmacie. La douane présente l'affaire comme "exceptionnelle" et "sans précédent"

Plus de 62 000 produits cosmétiques contrefaits ont été saisis dans un laboratoire de Seine-et-Marne où les enquêteurs de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) ont procédé à un contrôle. 

Une double activité de production

"D’une part, le laboratoire fabriquait, sous sa propre marque, des produits cosmétiques destinés à l’exportation, et d’autre part, des articles pour le soin du corps et du visage, contrefaisant des produits vendus dans les pharmacies", précise la douane sans son communiqué. C'est à la fois cette double activité et son emplacement sur le territoire national qui rend la saisie si exceptionnelle.

Près de 45 000 produits de contrefaçon ont été saisis dans l'un des laboratoires. Il y avait également "un nombre équivalent de conditionnements (tubes, flacons, petits pots, capsules) et emballages vides." 

Après quelques jours d'investigations, un second site de stockage a été découvert dans le Calvados. Environ 17 000 autres produits contrefaits et 50 000 conditionnements vides ont été saisis. "La personne à la tête de ces différents lieux de stockage et de production a été entendue par les enquêteurs", précise la douane. Les suites judiciaires de cette affaire ont été confiées au Service national de la douane judiciaire (SNDJ).