Disparition de Marion Wagon : "Vingt ans après, ce n'est pas trop tard"

Marion Wagon, 10 ans, a disparu à Agen en 1996 à la sortie de l'école. Les multiples recherches n'ont jamais abouti. Vingt plus tard, Annie Gourgue, invitée de franceinfo le 14 novembre et présidente de l'association La Mouette œuvrant pour la protection des enfants, pense qu'il n'est pas trop tard pour lever le mystère.

Marche silencieuse à Agen le 14 novembre 2016, en l\'honneur de Matrion Wagon, disparue il y a 20 ans.
Marche silencieuse à Agen le 14 novembre 2016, en l'honneur de Matrion Wagon, disparue il y a 20 ans. (GEORGES GOBET / AFP)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

Il y a 20 ans disparaissait Marion Wagon. La fillette âgée de dix ans n'est jamais réapparue après sa sortie de l'école à Agen. Grâce à l'association La Mouette, 15 millions d'affiches avec sa photo ont été placardées dans toute la France. Depuis, l'alerte enlèvement a été créée. Une marche était organisée le 14 novembre, à Agen, en souvenir de Marion.

Un combat pour que le dossier reste ouvert

La présidente et fondatrice de l’association La Mouette, Annie Gourgue, a espéré lundi sur franceinfo, "retrouver ou savoir ce qu'est devenue cette petite fille", ajoutant que "vingt ans après, cela continue, vingt ans après ce n'est pas trop tard, c'est encore le moment de parler." 

Dans l'affaire de cette disparition enregistrée en pleine journée à Agen le 14 novembre 1996, il n'y a aucun indice. "Chaque piste est ouverte, est suivie. Nous savons que chaque fois que quelque chose est contrôlé, nous rallongeons de dix ans le dossier ouvert", a expliqué Annie Gourgue. Elle a toutefois estimé qu'il y a eu des "ratés". "Marion a disparu un jeudi et ce n'est que le samedi après-midi qu'il y a eu une conférence de presse parlant de fugue. Or, à 10 ans, une fugue dure une heure ou deux", a estimé la présidente de l’association La Mouette. Elle se dit heureuse toutefois que l'affaire n'ait pas été classée, malgré les nombreuses années.

"Vingt ans après, ce n'est pas trop tard" : Annie Gourgue, présidente de l'association La Mouette

00:00-00:00

audio
vidéo

D'autres méthodes de travail 

Ce qui rassure Annie Gourgue, c'est qu'aujourd'hui, la méthode des enquêtes a évolué : "Ce n'est plus la même chose. On prend tout de suite au sérieux une disparition d'enfant. On fait tout de suite le nécessaire. L'alerte enlèvement, c'est important."

Annie Gourgue a fondé l'association La Mouette en 1984, après la disparition et l’assassinat de Magali Forabosco, âgée de 7 ans à Colayrac dans le Lot-et-Garonne. Elle est membre co-fondateur, avec Child Focus en Belgique et Aurora en Italie, de Missing Children Europe, Fédération européenne pour les enfants disparus et ou sexuellement exploités.