Quartier de la Grande Borne à Grigny : comment une nouvelle rue est censée apaiser les tensions

Avec la "Traversante", les pouvoirs publics souhaitent améliorer la vie des habitants de ce quartier de l'Essonne et lutter efficacement contre l'insécurité, deux mois après une attaque au cocktail Molotov sur une patrouille de police.

La cité de la Grande Borne, située à cheval sur les communes de Viry-Châtillon et Grigny, dans l\'Essonne.
La cité de la Grande Borne, située à cheval sur les communes de Viry-Châtillon et Grigny, dans l'Essonne. (MAXPPP)
logo
Virginie PirononfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Au terme de trois années de travaux, la "Traversante" a été ouverte à la circulation le 16 décembre. Comme son nom l'indique, cette route traverse sur près d'un kilomètre le quartier de la Grande Borne à Grigny (Essonne). Le maire de la commune, Philippe Rio (PCF) n'hésite pas à parler d'une réalisation "complètement historique" car cet ensemble d'immeubles étalé sur 90 hectares qui compte 12 000 habitants était, depuis sa construction à la fin des années 1960, inaccessible aux voitures.

Améliorer le quotidien de la population

Cette rue qui fend le quartier en deux doit faciliter le quotidien des habitants qui souhaitaient pouvoir accéder à leurs véhicules plus facilement. "D'un point de vue sécuritaire, beaucoup se sentent rassurés d'avoir leur voiture au pied de chez eux", assure Philippe Rio. Le maire évoque également des avantages pratiques pour les personnes à mobilité réduite : "Pour le quotidien, c'est véritablement un plus. Puisque le stationnement se faisait à l'extérieur de la Grande Borne, il fallait faire plusieurs centaines de mètres pour amener les courses de sa voiture jusqu'à chez soi. Et ça, c'était impossible."

Améliorer l'image du quartier

Les premiers retours des habitants de la Grande Borne sont positifs. Ce nouvel axe permettra la mise en service prochaine de deux lignes de bus au cœur du quartier. Toutes ces actions s'inscrivent dans une politique de désenclavement alors qu'une partie de la population a l'impression d'être livrée à elle-même. Saïd, qui habite là depuis douze ans, voit déjà la différence : "Avant c'était vraiment une cité, mais là on dirait des résidences avec parkings et espaces verts." En plus de ce nouvel accès, un grand projet de rénovation immobilière est en marche depuis une quinzaine d'années. La moitié des 3 600 logements ont déjà été réhabilités.

Améliorer la sécurité dans une cité sous tension

L'achèvement de ces travaux n'a pas été facile. Plusieurs incidents ont eu lieu sur le chantier. En trois ans, quatre personnes intervenants sur place ont été agressées et de nombreux engins de chantier ont été vandalisés ou incendiés pour un préjudice supérieur à 1,5 million d'euros. La mairie accuse les trafiquants de drogue œuvrant au cœur de la Grande Borne d'être à l'origine de ces actes malveillants. Ces derniers craignent que la police profite de cette route pour intervenir plus facilement. Début octobre, une patrouille avait été victime de jets de cocktails Molotov. Deux policiers ont été grièvement blessés au cours de cette attaque.