A Paris, 114 affaires d'agressions sexuelles attribuées à 20 "frotteurs" ont été élucidées en 2015

En juin 2015, une unité spécialisée avait été créée au sein de la sous-direction régionale de la police des transports pour lutter contre ce phénomène. 

Les "frotteurs" sont des hommes qui profitent des heures de pointe pour coller les voyageuses et les toucher. 
Les "frotteurs" sont des hommes qui profitent des heures de pointe pour coller les voyageuses et les toucher.  (PHILIPPE TURPIN / MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La préfecture de police de Paris a élucidé, en 2015, 114 affaires d'agressions sexuelles dans les transports en commun, attribuées à 20 "frotteurs", selon les chiffres présentés mercredi 3 février par le préfet de police.

Les "frotteurs" sont des hommes qui profitent des heures de pointe pour coller les voyageuses, les toucher, voire se masturber. En juin 2015, une unité spécialisée avait été créée au sein de la sous-direction régionale de la police des transports pour lutter contre ce phénomène, jusque-là difficile à quantifier, car peu de victimes déposaient plainte.

Deux ans de prison pour un "frotteur" de 22 ans

France Bleu rappelle que ce type d'agressions peut conduire directement à la case prison. Le 12 janvier, un homme de 22 ans a été condamné à deux ans de réclusion pour avoir frotté son sexe contre une voyageuse à la station de métro Place de Clichy, à Paris. Il a été écroué à la maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne).

La radio cite la porte-parole de l'association Osez le féminisme pour qui c'est "une immense victoire, car pour les femmes victimes, c'est la prise de conscience que ce qu'elles subissent dans le métro, c'est un délit".