Molenbeek victime d'un "pacte tacite" entre politiques et islamistes, selon un ancien des renseignements

Claude Moniquet, ancien agent de la Direction générale de la sécurité extérieure, revient ce samedi soir sur la situation en Belgique.

Voir la vidéo
France 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le Premier ministre belge évoque des menaces très fortes d'attentat ce samedi 21 novembre. Pour Claude Moniquet, ancien agent de la Direction générale de la sécurité extérieure, ces menaces sont bien réelles. "Il faut savoir que l'état d'alerte n'a jamais atteint le niveau quatre en Belgique, qui est le niveau ultime, depuis huit ans", affirme-t-il. Par ailleurs, les mesures qui ont été prises cette nuit et dans la journée, comme l'arrêt total du métro, "ça ne s'est jamais fait".

Le quartier de Molenbeek

Depuis une semaine, le quartier de Molenbeek est au centre des attentions. Pour Claude Moniquet, "les services de police et de renseignements connaissaient la menace. Malheureusement, la gestion de la commune ayant été ce qu'elle a été pendant 20 ans, beaucoup de choses n'ont pas été possibles. Il y a eu une espèce de pacte tacite passé entre l'ancienne majorité et certains milieux islamistes de manière à assurer le calme dans la commune et assurer la réélection de la majorité politique locale. C'est ça qui a freiné le travail de la police".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militaires et un policier belge patrouillant dans Bruxelles (Belgique), ville placée en état d\'alerte maximale samedi 21 novembre.
Des militaires et un policier belge patrouillant dans Bruxelles (Belgique), ville placée en état d'alerte maximale samedi 21 novembre. (YOUSSEF BOUDLAL / REUTERS)