La hausse des noyades en France en trois graphiques

Près de quatre personnes sont mortes chaque jour en moyenne depuis le 1er juin.

Un sauveteur sur une plage près de Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 29 juin 2015.
Un sauveteur sur une plage près de Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 29 juin 2015. (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour l'Institut de veille sanitaire (InVS), qui a réalisé l'étude, ces chiffres élevés sont directement liés à la vague de chaleur. Près de quatre personnes en moyenne sont mortes noyées chaque jour en France depuis le 1er juin, soit 199 décès, indiquent les résultats préliminaires de l'enquête publiée par cet organisme dépendant du ministère de la Santé, mercredi 29 juillet.

3,6 morts par jour en 2015 contre 2,9 en 2009

Réalisée tous les trois ans depuis 2006 en se basant sur des données fournies par les secours (pompiers, Samu, gendarmerie, police, Croix-Rouge...), l'enquête "Noyades 2015" a permis de dénombrer 584 accidents de baignade au total entre le 1er juin et le 26 juillet, dont 199 ont abouti à un décès. Au cours de la même période en 2012, 172 décès par noyade avaient été enregistrés, soit une moyenne d'environ 3 par jour, contre déjà 3,6 par jour cette saison, avec des pics pouvant atteindre cinq à six noyades par jour "en ce moment", indique Bertrand Thélot, responsable de l'unité traumatismes à l'InVS.

"En huit semaines, c'est infiniment trop", commente Bertrand Thélot, tout en rappelant que les noyades surviennent principalement par beau temps, ce qui a été le cas en juin et en juillet sur la plus grande partie de la France.

La mer, danger numéro un

Parmi les 199 décès survenus depuis le 1er juin, 34% ont eu lieu en mer, 23% en rivière, 21% en piscine, 20% en plan d'eau et 2% dans d'autres lieux.

Les seniors, principales victimes

Les plus de 65 ans sont largement représentés, avec 75 décès au total, dont la moitié en mer. Chez les moins de 20 ans, le nombre de décès par noyade est de 47, soit pratiquement le double de ceux observés au cours de la même période en 2012. Parmi ces décès figurent 14 enfants de moins de 6 ans, dont huit se sont noyés dans des piscines privées familiales.

Seul point positif à ce jour, les noyades de jeunes enfants dans des piscines privées a, selon Bertrand Thélot, diminué de moitié depuis le début des années 2000, passant d'une trentaine de décès à une douzaine par an. Une baisse à attribuer selon lui aux campagnes de sensibilisation lancées par les autorités, alors que, dans le même temps, le nombre de piscines privées est passé de 750 000 à 1,7 million en France.