VIDEO. Effectuer un portrait-robot à l'aide de l'ADN est désormais possible

La Cour de cassation vient d'autoriser la création d'un portrait-robot à partir de l'ADN.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

La Cour de cassation a autorisé une nouvelle façon d'exploiter l'ADN : les enquêteurs de police vont désormais pouvoir utiliser l'ADN pour réaliser un portrait-robot.
"On va essayer d'établir à partir de cette trace des éléments sur les caractéristiques physiques de la personne qui a pu laisser la trace. On va s'intéresser à la couleur des yeux, à la couleur des cheveux et à ce qu'on appelle l'origine biogéographie ou origine continentale de la personne qui a laissé la trace", explique Laurent Penne, chef de la division "Identification de la personne".

"La mémoire est capable de tronquer la vérité"

Une technique révolutionnaire, loin du premier portrait-robot réalisé en 1955 par des policiers lillois et créé à partir de simples collages. Ces portraits reposaient jusqu'à présent sur le souvenir des victimes. Mais pour Frédéric Dupuch, directeur de l'Institut national de police scientifique, "la mémoire est capable de tronquer la vérité. La science a au moins le mérite d'être répétitive, vérifiable, mesurable".

Le JT
Les autres sujets du JT
Représentation d'une molécule d'ADN.
Représentation d'une molécule d'ADN. (JGT / AFP)