"Le travail de la police et de la gendarmerie, la coopération avec la justice sont plus que jamais indispensables", a déclaré le ministre de l'Intérieur, qui condamne, jeudi 25 avril, l'assassinat du président du Parc naturel régional de Corse, Jean-Luc Chiappini à Ajaccio (Corse-du-Sud).

"L'Etat fait beaucoup pour la Corse, soutient le développement de l'île et évidemment ce travail est mis à mal par ces assassinats, par ces meurtres", a ajouté Manuel Valls face aux journalistes à Paris. Le ministre a rappelé que la lutte contre le crime organisé est indispensable : "Nous savons que nous avons en face des gens très déterminés, qui n'hésitent pas à tuer, à exécuter".

Jean-Luc Chiappini, qui présidait le Parc depuis 1995, est le troisième notable tué par balles à Ajaccio en à peine plus de six mois. Son assassinat intervient après celui de l'ancien bâtonnier de l'Ordre des avocats, Antoine Sollacaro, le 16 octobre 2012, et celui du président de la Chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud, Jacques Nacer, le 15 novembre.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le 25 avril 2013 à Paris.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le 25 avril 2013 à Paris. (PIERRE VERDY / AFP)