Affaire Omar Raddad : un ADN relance l'affaire

L'affaire Omar Raddad pourrait être relancée : une expertise ADN sur une pièce à conviction met les enquêteurs sur la piste d'un homme qui était déjà recherché.

Voir la vidéo
France 2

Franceinfo

Mis à jour le , publié le

Qui a écrit "Omar m'a tuer" ? Au coeur de l'affaire depuis 25 ans, ces portes tachées du sang de la victime vont-elles permettre d'élucider le mystère ? Les récentes expertises ont permis d'identifier un nouvel ADN qui n'est pas celui d'Omar Raddad, mais celui d'un homme fiché, peut-être un nouveau suspect.

La justice demande de nouvelles vérifications

Pour l'avocate du condamné, cette découverte relance l'affaire. L'histoire remonte au 24 juin 1991. Dans sa villa du sud de la France, Ghislaine Marchal, riche héritière, est retrouvée assassinée. Sur les portes de la cave, une inscription qui accuse. Le jardinier marocain clame son innocence, mais il est condamné à 18 ans de prison. Deux ans plus tard, à la demande du roi du Maroc, Omar Raddad obtient en France la grâce présidentielle partielle qui lui permet de sortir de sortir de prison en 1998. Libéré, mais toujours pas innocenté. La justice demande désormais de nouvelles vérifications sur les empreintes génétiques. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Omar Raddad, le jardinier de Ghislaine Marchal, monte dans une voiture de gendarmerie, le 26 juin 1991. 
Omar Raddad, le jardinier de Ghislaine Marchal, monte dans une voiture de gendarmerie, le 26 juin 1991.  (GERARD JULIEN / AFP)