L'usurpation d'identité explose sur les réseaux sociaux

C'est Microsoft qui a sondé plus de 600 millions d'ordinateurs dans le monde pour en tirer ces résultats effarants : sur tous les cas d'usurpation d'identité détectés, 84,5% en décembre dernier se seraient fait via les réseaux sociaux en décembre, contre 8,3% en janvier 2010. En clair, le phénomène aurait été multiplié par dix en onze mois.

(Radio France © France Info)
Radio France

Mis à jour le
publié le

"Les réseaux sociaux sont une véritable mine", explique Bernard Ourghanlian, le directeur technique et sécurité pour Microsoft France. "Mine" d'informations sur vous, vos amis, vos réseaux, mais aussi vos mots de passe ou vos numéros de carte bleue. Pas fous, les cybercriminels : "ils vont là où on peut avoir un accès facile à des utilisateurs", résume Bernard Ourghanlian, soit en premier lieu sur Facebook. Et de décrire ces usurpateurs. Des professionnels payés pour voler des informations ou des crapules qui cherchent à se faire de l'argent.

Mais, l'usurpation n'est pas pas le seul risque couru par l'internaute. Microsoft, dans son rapport, souligne l'augmentation fulgurante aussi des publicités intrusives, voire malveillantes. Annonces pour Viagra ou contenus pornographiques vous apparaissent alors inopinément à l'écran dans une fenêtre pop-up parfois difficile à neutraliser. Microsoft en a identifié 70% de plus entre le deuxième et le quatrième trimestre 2010.

Enfin, si vous craignez l'intrusion, ne vous précipitez pas sur le premier logiciel de sécurité venu. Beaucoup sont des faux. Microsoft a là encore enregistré une recrudescence de ces "leurres". Conseil du spécialiste : "il faut relativement peu de choses pour se protéger, et ce sont des conseils de bon sens". Comme mettre à jour régulièrement ses antivirus ou ne pas trop se dévoiler sur les réseaux sociaux...

Cécile Quéguiner, avec agencesOeuvres liées

{% document %}