Il réclamait des faveurs sexuelles pour effacer les PV : un CRS renvoyé devant les assises

Il est notamment reproché au policier d'avoir "sollicité, en sa qualité de fonctionnaire, des attouchements pour ne pas verbaliser", a résumé le parquet.

Le parquet  des Yvelines a révélé avoir renvoyé un CRS devant les assises, mardi 12 janvier.
Le parquet  des Yvelines a révélé avoir renvoyé un CRS devant les assises, mardi 12 janvier. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / ANADOLU AGENCY / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il proposait d'oublier la contravention contre des faveurs sexuelles. Un CRS a été renvoyé fin décembre devant les assises des Yvelines, a révélé mardi 12 janvier le parquet de Versailles (Yvelines). Il est notamment reproché au policier d'avoir "sollicité, en sa qualité de fonctionnaire, des attouchements pour ne pas verbaliser".

Au total, onze victimes ont été recensées, en région parisienne, entre 2011 et 2013. Ce policier d'une compagnie républicaine de sécurité (CRS) autoroutière, âgé de 37 ans, est accusé de "viols par personne ayant autorité" sur l'une de ces femmes, d'"agressions sexuelles" contre cinq des plaignantes, de "corruption" envers dix d'entre elles et d'"exhibition sexuelle" devant la onzième.

Des femmes qui sortaient d'une boîte de nuit

C'est la plainte d'une des victimes qui a lancé l'enquête en 2013. Elle l'accusait "notamment d'exhibition sexuelle", a expliqué l'avocat du policier, Laurent Barone. L'IGPN, la "police des polices", avait alors été saisie. Le CRS, mis en examen à l'automne 2013, avait ensuite été révoqué.

L'homme aurait agi lors "de contrôles routiers du samedi soir", a raconté Laurent Barone. Plusieurs de ces femmes "sortaient d'une boîte connue" des Yvelines, le Pacha Club, à Louveciennes. S'il ne nie pas les faits d'exhibition et d'agression sexuelle, l'accusé "nie absolument les faits de viol", a expliqué son avocat.

Dans un premier temps, le juge chargé de l'affaire avait renvoyé le policier devant un tribunal correctionnel. Mais le parquet de Versailles avait contesté cette décision et la chambre d'instruction de la cour d'appel de Versailles lui a donné raison le 23 décembre dernier en renvoyant le policier devant les assises. Actuellement en détention provisoire, l'homme devrait être jugé "dans les prochains mois", selon le parquet.