Rennes : la justice étudie le cas de Maryvonne, l'octogénaire dont le logement est squatté

Le tribunal d'instance de Rennes (Ille-et-Vilaine) examine le cas de Maryvonne Thamin, dont le logement est occupé depuis septembre 2013. Depuis sa révélation, l'affaire a suscité la polémique dans la classe politique.

Des squatteurs occupent cette maison de Rennes (Ille-et-Vilaine), photographiée ici le 8 mai 2015, dont une octogénaire revendique la propriété.
Des squatteurs occupent cette maison de Rennes (Ille-et-Vilaine), photographiée ici le 8 mai 2015, dont une octogénaire revendique la propriété. (KÉVIN NIGLAUT / CITIZENSIDE / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

La justice va-t-elle mettre fin à la polémique ? Le tribunal d'instance de Rennes (Ille-et-Vilaine) examine, vendredi 22 mai, le cas de Maryvonne Thamin, une octogénaire qui souhaite récupérer son logement, actuellement occupé par des squatteurs. L'affaire a suscité de nombreuses réactions politiques et des tensions dans la ville, où militants d'extrême-gauche et d'extrême-droite se sont mobilisés.

Suivez l'audience en direct avec notre envoyé spécial, Thomas Baïetto.

 Maryvonne Thamin a quitté la maison il y a plusieurs années pour s'installer avec son compagnon mais celui-ci est décédé et ses héritiers souhaitent vendre. La porte de son logement est aujourd'hui cadenassée, l'habitation barricadée par les squatteurs, installés depuis septembre 2013.

 "On essaie de nous faire passer pour des ordures", dénoncent les squatteurs. Les occupants des lieux évoquent leurs "situations précaires et compliquées". Ils assurent avoir trouvé la maison, "abandonnée depuis longtemps""dans un état déplorable" et avoir effectué des travaux pour rendre la maison "vivable".

L'affaire a pris une dimension politique. Les occupants dénoncent une "récupération politique" par l'extrême droite et les partisans d'une remise en cause de la loi Dalo (Droit au logement opposable), qu'ils accusent d'être responsable de cette situation. Les soutiens de Maryvonne Thamin ont annoncé sur Facebook une manifestation devant le tribunal, mais vendredi matin, aucun attroupement n'était visible, selon notre journaliste.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#MARYVONNE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MARYVONNE

12h37 : "Des allusions détestables ont été faites : fanfaron, clandestin, jihadiste, parasites" avocate squatteurs #Maryvonne

12h38 : "On vous a présenté une femme démunie et malade, ce n'est pas le cas" dit l'avocate des squatteurs #Maryvonne

12h38 : "Beaucoup de misérabilisme, de raisons du coeur, mais peu de loi" dénonce l'avocate des squatteurs #Maryvonne

12h47 : Thomas Baïetto, journaliste à francetv info, est à Rennes où est étudiée la demande d'expulsion des squatteurs de la maison de Maryvonne.

11h59 : "Vous n'avez pas d'autre solution que de prononcer l'expulsion" lance Billaud au juge #Maryvonne

11h59 : L'avocat de #Maryvonne rappelle qu'elle est propriétaire depuis 1978, son usufruit ne porte que sur le salon de coiffure, au rez-de-chaussée

11h59 : L'avocat de Maryvonne estime, lors de l'audience devant le tribunal à Rennes, que le juge "n'a pas d'autre solution que de prononcer l'expulsion".

10h56 : Les squatteurs n'attendront pas que la police vienne les expulser, ils partiront avant. "Ça sert à rien de résister" #Maryvonne

10h56 : Ils ont déjà commencé à déménager quelques affaires #Maryvonne

10h56 : Les squatteurs ne se font pas d'illusions sur l'issue de cette affaire. "On va perdre la maison" #Maryvonne

11h10 : Les squatteurs de la maison de Maryvonne, à Rennes (Ille-et-Villaine), sont convaincus que la demande d'expulsion de l'octogénaire sera validée par le tribunal.

09h19 : Pour l'avocat de #Maryvonne, le juge devrait rendre sa décision sur la demande d'expulsion mardi

09h19 : Mais pour l'instant, pas un attroupement à l'horizon #Maryvonne

09h19 : Les soutiens de #Maryvonne ont annoncé sur Facebook une manif devant le tribunal. Les policiers ont mis des barrières

10h37 : La demande d'expulsion des squatteurs qui occupent la maison de Maryvonne, une octogénaire qui cherche à récupérer son logement, est étudiée aujourd'hui par le tribunal d'instance de Rennes (Ille-et-Vilaine). Mon collègue Thomas Baïetto est sur place.