Indonésie : quand une abeille retarde le décollage d’un avion...

Mardi, la compagnie aérienne indonésienne Garuda a dû retarder le décollage d’un avion de quatre heures. La raison est un peu surprenante : la présence d’une abeille dans une sonde Pitot, qui mesure la vitesse de l’appareil.

(Le Boeing 737 est resté au sol pendant plus de quatre heures © MaxPPP)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le Boeing 737 qui transportait 156 passagers devait initialement décoller à 10H10 de l’aéroport de Kualanamu, dans le nord de l’île de Sumatra. Mais son départ a été retardé d’au moins quatre heures.

Après avoir constaté un problème sur un instrument de contrôle, le pilote a décidé de ne pas procéder à l’embarquement. Le porte-parole de la compagnie aérienne, Benny Burarbutar a déclaré qu’"une investigation a révélé que l’incident provenait d’un problème technique dû à la présence d’un insecte dans un tube Pitot " et qu’ "en raison d’un problème de sécurité, Garuda Indonesia a décidé de retarder le vo l".

Les sondes Pitot, un outil nécessaire 

Que s'était-il passé ? Une abeille s’était installée dans une sonde Pitot du Boeing 737 de la compagnie indonésienne. Ces instruments de contrôle permettent de mesurer la vitesse de l’appareil et, en cas de disfonctionnement, elles peuvent altérer sérieusement la sécurité d'un vol, comme c'est arrivé dans le crash du vol Rio-Paris d'Air France en juin 2009. L'avion s'était abîmé dans l'océan Atlantique tuant les 228 passagers. 

Mardi, le Boeing n'a évidemment pas subi le même sort. Une fois le problème réglé, l’avion s’est envolé pour Jakarta où il a atterri sans encombre dans l’après-midi.