Ile d'Oléron : un corps de femme découvert, 40 jours après la disparition d'une lycéenne

A ce stade, il est impossible de confirmer que le corps est celui de l'adolescente de 15 ans disparue le 1er février. Des analyses vont devoir être pratiquées pour permettre l'identification, selon "Sud Ouest".

Une centaine d'élèves de l'école de gendarmerie recherchent Alexia Silva Costa à Saint-Trojan, sur l'île d'Oléron, (Charente-Maritime), le 5 février 2016.
Une centaine d'élèves de l'école de gendarmerie recherchent Alexia Silva Costa à Saint-Trojan, sur l'île d'Oléron, (Charente-Maritime), le 5 février 2016. (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un corps de femme a été découvert, jeudi 10 mars, dans le sud de l'île d'Oléron (Charente-Maritime), où une lycéenne avait disparu il y a plus d'un mois. Mais à ce stade, il est impossible de confirmer qu'il s'agit bien de l'adolescente. Aucune précision n'est disponible de source judiciaire sur le corps, les circonstances ou le lieu de la découverte. Le parquet de La Rochelle a néanmoins confirmé l'information révélée par M6.

Selon le site du quotidien régional Sud Ouest, le corps a été découvert vers 15h30 par des gendarmes mobiles. Ils poursuivaient des recherches, ces derniers jours, dans une zone située à proximité du lycée où était scolarisée l'adolescente disparue, sur la commune de Saint-Trojan. Le corps a été découvert dans un trou d'eau, recouvert par des branchages, et est en cours d'identification, ajoute Sud-Ouest.

Quatre-vingts personnes auditionnées

Le sud de l'île d'Oléron a été depuis plus d'un mois le théâtre d'une enquête et de ratissages intenses, à la suite de la disparition, le 1er février, d'Alexia Silva Costa. Ce jour-là, cette adolescente de 15 ans scolarisée en seconde, à Saint-Trojan, a été vue pour la dernière fois vers 17h30 avec son téléphone portable. Elle quittait le Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron (Cepmo), son établissement. Elle venait d'échanger des SMS avec un ami à Lyon. Son portable a cessé d'émettre très peu de temps après.

L'enquête, d'abord ouverte pour "disparition inquiétante", a été requalifiée par le parquet en "enlèvement et séquestration", avant l'ouverture d'une information judiciaire. Au total, près de 80 personnes ont été auditionnées à la fin février. D'intenses recherches ont mobilisé d'abord une quarantaine de gendarmes, puis une centaine d'élèves-gendarmes, des plongeurs, un hélicoptère, des maîtres-chiens, et quelque 200 habitants de l'île. En vain, jusqu'à la découverte de ce jeudi.