Enquête ouverte après la diffusion d'une vidéo de viol sur les réseaux sociaux

Le parquet d'Evry (Essonne) a ouvert dimanche une enquête en flagrance après la mise en ligne sur les réseaux sociaux d'une vidéo de viol. Sur les images, deux individus abusent d'une jeune femme et lui font subir des actes dégradants. La justice a commencé à vérifier les faits et tente d'identifier les présumés violeurs.

(L'un des suspects affirme sur Facebook que son bracelet électronique lui a été retiré en novembre. Photo d'illustration © Maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Ce sont des internautes qui ont été les premiers à s'indigner de cette vidéo dimanche soir et à réclamer sa suppression. Certains ont alerté le compte Twitter de la police nationale. Les images ont surtout été visionnées sur Facebook, mais la vidéo aurait d'abord été publiée par ses auteurs sur l'application de partage de photos et de vidéos Snapchat. 

On y voit deux jeunes individus abuser d'une jeune femme visiblement groggy. La victime, peut-être alcoolisée ou droguée, résiste à ces agresseurs. Le viol ne fait aucun doute. Mais à aucun moment les visages des auteurs de l'agression n'apparaissent sur la vidéo. 

Quelques clics suffisent pour retrouver les photos des auteurs  

C'est désormais la Sûreté départementale de l'Essonne qui est saisie de l'affaire et travaille à l'identification des deux suspects à partir de leurs comptes Facebook. La plateforme de signalement Pharos de la police nationale, autrement dit la sous-direction de lutte contre la cybercriminalité, est co-saisie des faits. 

L'enquête ne devrait pas être trop compliquée. Quelques clics suffisent pour retrouver leurs "alias", leurs photos, et supposer qu'ils sont connus des services de police et de la justice : sur sa page Facebook, l'un des suspects présumés affirme, vidéo à l'appui, que son bracelet électronique lui a été retiré le 10 novembre dernier.