Enlèvement de Jacqueline Veyrac : "certaines personnes déférées ont reconnu leur implication"

Le procureur de Nice a donné une conférence aux alentours de 17 heures, aux côtés du commissaire divisionnaire de la police de Nice, donnant plus d'informations sur l'enlèvement de Jacqueline Veyrac. 

Le restaurant La Réserve à Nice (Alpes-Maritimes), propriété de Jacqueline Veyrac, le 25 octobre 2016.
Le restaurant La Réserve à Nice (Alpes-Maritimes), propriété de Jacqueline Veyrac, le 25 octobre 2016. (VALERY HACHE / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Lors d'une conférence de presse commune avec le procureur de Nice dimanche 30 octobre, le commissaire divisionnaire de la police de Nice a expliqué que certaines des personnes déférées "ont reconnu leur implication pendant la garde à vue", dans l'enlèvement de Jacqueline Veyrac à Nice lundi, "d'autres ont nié avoir participé ou être au courant de ce qui s'est passé."

Il reste des gens à retrouver

Le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, a lui expliqué qu'il y a encore des éléments à éclaircir sur les circonstances de cet enlèvement, "y compris sur les faits de tentative d'enlèvement dont a été victime Jacqueline Veyrac en 2013." 

Le procureur a ajouté qu'il reste des gens "à retrouver, à entendre, à déférer devant la justice". Le projet d'enlèvement a été imaginé il y a "plusieurs mois", a précisé le commissaire divisionnaire.

La piste de l'ancien gérant du restaurant se précise

La raison est sans doute celle d'un "contentieux entre Jacqueline Veyrac et ses enfants, avec un ancien gérant d'un restaurant étoilé de Nice. Le différend date de 2009 et est toujours en cours au niveau judiciaire."

Selon les premiers éléments de l'enquête, "tout porte à croire" que cet ancien gérant est "le commanditaire de cette affaire mais il ne reconnaît pas son implication", selon le commissaire.

Certains suspects déjà connus de la police

Certaines des personnes déférées sont déjà connues de la justice, pour de la "petite délinquance". Elles sont sept à avoir été déférées ce dimanche pour enlèvement, séquestration, vol et tentative d'extorsion, en bande organisée. Elles risquent la prison à perpétuité.

Jacqueline Veyrac, 76 ans, propriétaire d'un hôtel cinq étoiles à Cannes, a été enlevée lundi 24 octobre à Nice, puis retrouvée deux jours plus tard, ligotée, dans un véhicule utilitaire blanc, sur les hauteurs de la ville.