Disparition de Lucas Tronche dans le Gard : un homme soupçonné d'être le corbeau en garde à vue

Les enquêteurs pensent que cet habitant de Valence a envoyé pendant près d'un an des courriers aux parents de l'adolescent, disparu le 18 mars 2015 à Bagnols-sur-Cèze (Gard), avec des nouvelles rassurantes.

L\'appel à témoin lancé pour retrouver Lucas Tronche, 16 ans, disparu depuis le 18 mars 2015, dans le Gard.
L'appel à témoin lancé pour retrouver Lucas Tronche, 16 ans, disparu depuis le 18 mars 2015, dans le Gard. (MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le corbeau, ce serait lui. Un homme a été placé en garde à vue, dans la matinée du mardi 12 septembre, en marge de l'enquête sur la disparition de Lucas Tronche, un lycéen de 16 ans scolarisé à Bagnols-sur-Cèze (Gard) qui n'a plus donné signe de vie depuis le 18 mars 2015. Cet homme est soupçonné d'avoir envoyé pendant près d'un an des courriers aux parents de Lucas Tronche, avec des nouvelles rassurantes de leur fils. Une source proche du dossier a confirmé à Midi libre cette information, donnée par le site Objectif Gard.

Déjà arrêté en juillet 2016

Selon Midi libre, l'homme placé en garde à vue est âgé de 58 ans et habite Valence (Drôme), où il était employé d'un supermarché. "Ce corbeau, dont l'identification a été rendue possible après une enquête très poussée menée par la brigade criminelle du SRPJ de Montpellier, a pu être arrêté en juillet 2016 après la mise en place d'un dispositif de surveillance important autour du centre de tri postal de Valence, d'où 11 lettres étaient parties à destination de la famille Tronche", précise Midi libre.

Cet homme avait été mis hors de cause dans la disparition de Lucas Tronche. Le parquet de Nîmes a donc ouvert une autre enquête dans cette affaire. Lors de son interpellation en juillet 2016, l'homme avait déjà effectué quelques heures de garde à vue et avait expliqué qu'il avait écrit une première lettre pour réconforter les parents de Lucas. Il "se serait pris au jeu", avait-il expliqué à l'époque, selon Objectif Gard.