VIDEO. Meurtre de la joggeuse Alexia Daval : "Pas de certitude sur les causes de la mort", affirme la procureure

"Son décès est probablement lié à une asphyxie, sans que l'on connaisse encore le mécanisme de cette asphyxie", a déclaré la magistrate, lundi, lors d'une conférence de presse.

Voir la vidéo
FRANCE TELEVISIONS
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

De nombreuses zones d'ombre subsistent. La procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot, a livré des précisions, lundi 6 novembre, sur la mort d'Alexia Daval, la joggeuse qui a été retrouvée morte en Haute-Saône. La magistrate a infirmé la rumeur selon laquelle la femme  de 29 ans a été étranglée mais pas violée.

Examens complémentaires en cours

"L'autopsie ne permet pas à ce jour d'établir avec certitude les causes de la mort de la jeune femme, même s'il ne fait hélas aucun doute qu'on lui a volontairement donné la mort", a déclaré la magistrate face à la presse. "S'il est avéré qu'elle a subi des violences physiques, en revanche la cause de sa mort n'est pas établie avec certitude. Son décès est probablement lié à une asphyxie, sans que l'on connaisse encore le mécanisme de cette asphyxie", a poursuivi Edwige Roux-Morizot.

"Seuls les examens complémentaires permettront d'en savoir plus", a-t-elle ajouté. Et de poursuivre : "Il n'est pas possible, comme il l'a été dit, hélas, d'affirmer qu'elle n'a pas été violée. Là, encore, des analyses sont en cours afin d'accréditer ou non l'existence d'un viol."

La procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot, lors d\'une conférence de presse à Besançon (Doubs), le 6 novembre 2017.
La procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot, lors d'une conférence de presse à Besançon (Doubs), le 6 novembre 2017. (SEBASTIEN BOZON / AFP)