DIRECT. Violences policières : quelques heurts lors de la marche "pour la justice et la dignité" à Paris

C'est la deuxième fois que cette marche, qui vise à dénoncer les violences policières, est organisée dans la capitale, à l'initiative des familles de victimes.

Des heurts entre manifestants et policiers lors de la marche \"pour la justice et la diginité à Paris\", dimanche 19 mars.
Des heurts entre manifestants et policiers lors de la marche "pour la justice et la diginité à Paris", dimanche 19 mars. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)
avatar
Violaine JaussentFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Ils défilent pour dénoncer les violences policières. Une "marche pour la justice et la dignité" est organisée à Paris, dimanche 19 mars. A cinq semaines de la présidentielle, cette nouvelle manifestation prend une résonance particulière après l'affaire Théo, du nom de ce jeune homme brutalement interpellé en février. Du footballeur Lilian Thuram au rappeur Youssoupha, en passant par l'islamologue controversé Tariq Ramadan : de nombreux participants et collectifs très divers ont répondu à l'appel, diffusé sur Mediapart dès le 20 décembre 2016.

La Ligue des droits de l'Homme, les syndicats CGT et FSU, ainsi que le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples appellent aussi à manifester, mais n'ont pas signé le texte initial. Tout comme une dizaine d'associations (Attac, Droit au Logement, Unef...) qui seront présentes pour soutenir les familles et demander la régularisation des sans-papiers. On dénombrait quelques milliers de manifestants diamcnhe après-midi.

Quelques heurts ont éclaté pendant la manifestation. Environ 200 personnes munies de capuches ont lancé des fumigènes et des projectiles sur les forces de l'ordre, à proximité du Bataclan.

Une initiative des familles de victimes. "Les familles de victimes seront en tête de cortège avec la banderole 'Justice et dignité'", explique à franceinfo Amal Bentounsi, qui a fondé le collectif Urgence notre police assassine, après que son frère Amine a été tué par un policier d’une balle dans le dos, en 2012, à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). "L'objectif est de sensibiliser sur les violences policières, le racisme, la chasse aux migrants mais surtout de dire stop à l'impunité. Les violences policières ne sont pas des cas isolés", ajoute-t-elle.

La deuxième marche en deux ans. La première édition, en octobre 2015, avait rassemblé entre 3 500 personnes (selon la police) et plus de 10 000 (selon les organisateurs). On était alors dix ans après les émeutes en banlieue consécutives à la mort de Zyed et Bouna, deux adolescents tués dans un transformateur électrique alors qu'ils tentaient de fuir la police à Clichy-sous-Bois.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLICE

19h37 : Bilan chiffré de la manifestation :

- 2 gendarmes mobiles légèrement blessés et 4 CRS contusionnés
- 5 banques dégradées
- 2 vitrines de commerces brisées
- la mairie du 11e arrondissement a été taguée
- un abribus cassé, ainsi qu'un panneau publicitaire

19h35 : Dans un communiqué, la préfecture de police estime à 7 500 le nombre de personnes qui ont pris part à la manifestation contre les violences policières.

Dont 1 000 qui n'étaient pas là que pour manifester : "environ 1000 personnes positionnées en fin de cortège se sont masquées et ont commis, à partir de la mi-parcours, quelques dégradations qui ont pu être contenues par l'intervention rapide des forces de l'ordre qui ont du faire usage de gaz lacrymogène."

18h24 : Dans le cortège de la marche contre les violences policières, Philippe Poutou, candidat du NPA, qui se trouve en fâcheuse posture.

17h56 : La situation est toujours très tendue en fin de cortège de la marche contre les violences policières.

17h36 : On estime que "quelques milliers de manifestants" ont pris part au cortège entre Nation et République.

17h32 : Des incidents à signaler en marge de la marche contre les violences policières.

17h26 : Un concert va quand même débuter place de la République d'ici une grosse demi-heure.

17h26 : Quelques heurts ont éclaté lors de la manifestation contre les violences policières organisée à Paris, rapporte un reporter de franceinfo sur place. Environ 200 personnes munies de capuches ont lancé des fumigènes et des projectiles sur les forces de l'ordre, à proximité du Bataclan.

17h18 : Les manifestants sont arrivés place de la République. Pas d'incident à signaler en tête de cortège, au contraire, une grande dignité.

17h09 : Important dispositif autour de la manifestation contre les violences policières. Le défilé doit s'achever place de la République.

16h48 : Lors de la marche contre les violences policières, ce manifestant brandit la tête de Marine Le Pen au bout d'une pique.

16h20 : Des observateurs d'Amnesty International sont placés en bordure du cortège contre les violences policières... pour surveiller la police.

15h58 : Retour auprès de notre journaliste Violaine Jaussent, qui suit en ce moment la marche contre les violences policières et le racisme à Paris. Elle a rencontré des militantes.

15h09 : Retour auprès de notre journaliste Violaine Jaussent qui suit la marche contre le racisme et les violences policières qui a lieu en ce moment à Paris.

14h10 : Notre journaliste Violaine Jaussent est à Paris pour suivre la "Marche pour la justice et la dignité" contre les violences policières.