Fusillade à Montrouge : une policière tuée et un blessé grave

L'auteur des coups de feu est en fuite. Ces tirs n'ont, selon les premiers éléments de l'enquête, aucun lien avec l'attentat qui a fait 12 morts mercredi au siège de "Charlie Hebdo".

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur les lieux de la fusillade à Montrouge (Hauts-de-Seine), le 8 janvier 2015.
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur les lieux de la fusillade à Montrouge (Hauts-de-Seine), le 8 janvier 2015. (THOMAS SAMSON / AFP)

Mis à jour le , publié le

La policière municipale prise pour cible lors de la fusillade qui a éclaté à Montrouge (Hauts-de-Seine), au sud de Paris, jeudi 8 janvier au matin, est morte, selon plusieurs sources policières. Un agent de la voirie a également été blessé. L'auteur des coups de feu est en fuite. Ces tirs n'ont, selon les premiers éléments de l'enquête, aucun lien avec l'attentat qui a fait 12 morts mercredi au siège de Charlie Hebdo. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

Francetv info résume ce que l'on sait de cette affaire.

Un accident de la circulation puis des tirs

Selon une source policière jointe par francetv info, "les agents de police intervenaient pour un accident de la circulation au moment des faits, mais on ne sait pas si la voiture du tireur était impliquée" dans cet accident. Sur Twitter, notre journaliste sur place confirme qu'un accident de la circulation s'est produit tôt le matin au niveau du 91, avenue Pierre-Brossolette, à Montrouge.

Une policière et un adjoint sont dépêchés sur place, comme il est d'usage. Autour de 8 heures, un individu, à bord d'une Clio blanche, selon la même source policière, arrive sur le site avant de tirer en direction des forces de l'ordre avec une arme de poing 9 mm et un fusil automatique de type PM Beretta. Certaines sources assurent qu'il portait un gilet pare-balles. "Etre en possession de ces armes est loin d'être anodin", observe Emmanuel Cravello, délégué du syndicat de police Alliance pour les Hauts-de-Seine. Une éventuelle complicité est en cours d'analyse, ajoute-t-il.

Une policière tuée et un agent de voirie blessé

Une policière municipale, touchée par plusieurs balles, a succombé à ses blessures. Agée d'une vingtaine d'années, elle était célibataire et sans enfant. Un agent de la voirie présent sur les lieux a également été blessé, mais son pronostic vital ne serait pas engagé. Contrairement à ses collègues de Montrouge, la policière n'était pas armée, assure Patrice Le Bail, du syndicat SNPM, car elle était stagiaire.

Sur les lieux de cette nouvelle fusillade, un habitant de la rue décrit "une scène de panique". Il raconte avoir vu, depuis la fenêtre de sa cuisine, "un policier, debout, puis un autre monsieur en habit sombre qui courait" avant de "l'abattre à bout portant et de courir". "J'ai vu le policier [tombé] par terre et son collègue qui appelait à l'aide", témoigne cette personne.

"J'ai vu deux personnes par terre, on leur faisait des massages cardiaques", témoigne de son côté pour francetv info Majid, agent à la mairie de Montrouge.

L'auteur des coups de feu toujours recherché

Le ministre de l'Intérieur a quitté précipitamment la réunion de crise de l'Elysée sur l'attentat à Charlie Hebdo pour rejoindre les lieux de la fusillade. Il est arrivé sur place quelques minutes plus tard. Un suspect, âgé de 52 ans, a été interpellé dans un premier temps, selon des sources proches de l'enquête. Mais Bernard Cazeneuve a annoncé que l'auteur des coups de feu était toujours en fuite.

La Brigade de recherche et d'intervention, une unité lourdement armée, a toutefois mené une opération dans un hôtel de l'avenue Pierre-Brossolette.

Il s'agit d'une perquisition, indique une source policière à francetv info, réalisée en présence de l'individu interpellé. L'auteur des coups de feu est donc toujours en fuite après avoir abandonné sa Clio à Arcueil (Val-de-Marne).