Crise des migrants : une cellule d'urgence pour les commerçants de Calais

Les commerçants de Calais confrontés à la crise des migrants ont obtenu la mise en place d'une cellule d'urgence. Ils étaient 500 à avoir fait le déplacement ce lundi à Paris pour rencontrer un conseiller de François Hollande.

(Les commerçants veulent que Calais soit reconnu "en état de catastrophe économique exceptionnelle" © Radio France/Gilles Gallinaro)
Radio France

Mis à jour le
publié le

"Calais outragé... Calais brisé...Calais martyrisé...", sur les pancartes, "Hollande à Calais", comme slogan.  500 commerçants et personnels de la ville du Nord de la France sont venus dire leur colère ce lundi à Paris.

Avant leur rencontre avec un conseiller de François Hollande à l'Elysée, ils ont défilé dans les rues de la capitale. Ils ont notamment fait une halte sur l'esplanade des Invalides où ils ont entonné la Marseillaise.

Les Calaisiens n'ont pas fait le déplacement pour rien. Ils ont appris à l'Elysée qu'une cellule d'urgence allait être mise en place.  "Il sera mis à notre disposition, un numéro unique, une adresse mail, par laquelle, nous prendrons contact avec les services de l'Etat ", détaille Antoine Ravisse, le président du Grand rassemblement pour le Calaisis. Les commerçants qui subissent une baisse de leur chiffre d'affaire pourront déposer un dossier dès mardi. 

"Tout commerce qui subit une baisse du chiffre d'affaire doit présenter son dossier", Antoine Ravisse, le président du Grand rassemblement pour le Calaisis
--'--
--'--

Parmi les revendications des manifestants, il y avait aussi le démantèlement de toute la "Jungle" de Calais et pas seulement de la partie sud, ainsi qu'une zone franche pour compenser la chute de l'activité commerciale due à la crise des migrants.

Sur le premier point, Antoine Ravisse dit avoir obtenu la confirmation de "la poursuite du démantèlement de la "Jungle" ".