Fusillade dans un lycée de Grasse : la piste terroriste n'est pas privilégiée par les enquêteurs

Un jeune homme a ouvert le feu dans le lycée Alexis-de-Tocqueville à Grasse (Alpes-Maritimes), faisant huit blessés.

Des policiers déployés devant le lycée Alexis de Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes), le 16 mars 2017.
Des policiers déployés devant le lycée Alexis de Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes), le 16 mars 2017. (VALERY HACHE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Selon des sources policières à franceinfo, la piste terroriste n'est pas privilégiée à ce stade de l'enquête après l'attaque du lycée Alexis-de-Tocqueville à Grasse (Alpes-Maritimes), jeudi 16 mars. Le président LR de la région Paca, Christian Estrosi, a confirmé à l'AFP que l'enquête ne s'orientait "pas du tout" sur la voie du terrorisme. Huit personnes ont été légèrement blessées, selon le ministère de l'Intérieur. Trois d'entre elles, blessées par des plombs, ont été emmenées à l'hôpital.

Coups de feu dans un lycée de Grasse : suivez la situation en direct

Dans un premier temps, cette fusillade avait entraîné le déclenchement de l'alerte attentat de l'application pour smartphones SAIP par les autorités. "Intervention en cours des forces de l'ordre et de secours", "Abritez-vous", "Ne vous exposez pas", enjoignait-elle.

Un jeune homme de 17 ans a été interpellé. Cet élève de l'établissement était lourdement armé d'un pistolet, d'un fusil, d'un revolver et deux grenades, a appris franceinfo. Il s'est dirigé directement vers le bureau du proviseur, qu'il a blessé par balles. Une centaine de gendarmes et de policiers sont mobilisés.