Clermont-Ferrand : il décède après avoir bu 56 "shooters"

A Clermont-Ferrand, un homme de 57 ans est décédé suite à une absorption massive d’alcool. Il a participé à un concours de "shooters", buvant 56 verres à la chaîne.

(L'homme a bu 56 shooters à la chaîne © Maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Ce drame le week-end dernier à Clermont-Ferrand : un homme de 57 ans est décédé suite à une absorption massive d'alcool. De sortie dans un bar du centre ville vendredi soir il a participé à un concours de "shooters". Le but : ingurgiter le plus de petits cocktails d'alcool possible, des alcools servis dans des verres de 5 ou 10cl, vodka, rhum ou whisky tout y passe. L'homme a battu le précédent record en buvant 56 verres à la chaîne...

Sauf que la soirée a viré au tragique. Raccompagé par des amis aux alentours de 2h du matin l'homme est tombé dans un coma éthylique. Pris en charge par le Samu, il est finalement décédé le lendemain à l'hôpital.

Le concours de "shooters" a viré au drame : le reportage de Kevin Boderau de France Bleu Pays d'Auvergne
--'--
--'--

Un jeu d'habitude prisé des jeunes

Ce jeu est d'habitude prisé par les jeunes. Même si ce n'est pas nouveau, depuis quelques années avec les réseaux sociaux, de nouveaux comportement sont apparus, et la pratique est socialement plus favorisée : "Avant le fait d'être ivre mort était dégradant, maintenant c'est positif, on voit apparaître ce type de concours ", explique Laurent Gerbaud, professeur de Santé publique au CHU de Clermont Ferrand.

Avec ces records à battre, la question de la responsabilité du patron de bar se pose. En tout cas pour Laurent Gerbaud, professeur de Santé publique au CHU de Clermont-Ferrand
--'--
--'--

Quelle est la responsabilité du responsable du bar ?

La question du rôle du patron de bar est posée dans cette affaire. "Le simple fait de servir de l'alcool à une personne ivre est une contravention. Après on peut aller jusqu'à des pousuites pour homicide involontaire qui reste aujourd'hui à démontrer puisque l'enquête n'est pas aboutie. Là on est sur une infraction passible du tribunal correctionnel ", explique Laure Lehugeur, procureur de la République adjointe au tribunal de Clermont Ferrand.