Ce que l'on sait de l'interpellation de 10 personnes dans l'enquête sur un projet d'attentat d'extrême droite

Elles ont été interpellées dans le cadre de l'enquête sur un militant arrêté en juin, qui projetait de s'en prendre à des migrants, des mosquées ou encore à Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castaner.

Le siège de la Sous-Direction de la lutte antiterroriste, qui dirige l\'enquête sur le militant d\'extrême droite, Logan N., à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 15 novembre 2015.
Le siège de la Sous-Direction de la lutte antiterroriste, qui dirige l'enquête sur le militant d'extrême droite, Logan N., à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 15 novembre 2015. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Coup de filet dans les milieux proches de l'extrême droite. Dix personnes ont été interpellées, mardi 17 octobre, a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information de M6 et Le Monde. Cette vague d'arrestations est liée à l'enquête visant Logan N., un militant arrêté fin juin dans les Bouches-du-Rhône, et mis en examen début juillet pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Selon les informations de franceinfo, il menaçait de s'en prendre à des migrants, des lieux de culte musulmans et des hommes politiques, Christophe Castaner et Jean-Luc Mélenchon étant spécifiquement cités. Franceinfo détaille ce que l'on sait de l'enquête et des personnes interpellées.

Qui sont les personnes arrêtées ?

On ne sait pas grand chose sur le profil des 10 interpellés. Selon une source judiciaire jointe par franceinfo, les enquêteurs souhaitent déterminer la connaissance que ces 10 personnes pouvaient avoir des projets de Logan N. 

Selon l'AFP, qui cite aussi des sources proches de l'enquête, il s'agit de neuf hommes, dont trois mineurs, et d'une femme, la mère de Logan N. Les hommes "étaient en lien" avec ce dernier et gravitaient pour la plupart dans des mouvances d'extrême droite. Ils ont été interpellés dans le sud-est de la France et en région parisienne.

Qui est Logan N., le militant au cœur de l'affaire ?

Ce jeune homme de 21 ans avait été interpellé le 28 juin à Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Il a été mis en examen début juillet et placé en détention provisoire dans le cadre d'une enquête ouverte pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle"

Il avait été repéré par les enquêteurs car il tenait une page Facebook à la gloire de l'extrémiste de droite Anders Behring Breivik, auteur de la tuerie d'Utoya, en Norvège, en 2011.

Selon une source judiciaire citée par l'AFP, il est un ancien militant de l'Action française Provence, organisation royaliste qui avait multiplié les provocations musclées autour de Marseille et d'Aix-en-Provence avant l'été. Celle-ci assurait, après son interpellation, qu'il avait "quitté le mouvement depuis un certain temps".

Dans une enquête qui décrit longuement son parcours, le Monde (article abonnés) affirme qu'il a également été approché pour diriger la section locale des jeunes du FN, ce qu'il a refusé, et qu'il a participé à la campagne du parti lors de la dernière présidentielle et des législatives qui ont suivi. Pour ce dernier scrutin, il était assesseur dans un bureau de vote de Vitrolles, et aurait "refusé de saluer la plupart des électeurs d’origine maghrébine", créant un "scandale à la mairie".

Que sait-on des projets d'attentats ?

Logan N. avait exprimé sur internet sa volonté de passer à l'action contre les "blacks", "racailles", "jihadistes" et "migrants"Selon une source judiciaire de l'AFP, Logan N. avait échafaudé "un projet d'action violente aux contours imprécis". Selon des informations de France 2, il s'agissait de discussions, mais pas de projet structuré ni de repérages. Des cibles potentielles ont néanmoins été évoquées : un lieu de culte musulman, des migrants, un trafiquant de stupéfiants, ou encore des hommes politiques, comme le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, ancien maire de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence).

"Jean-Luc Mélenchon n'a pas été informé et ses demandes de protection pendant les législatives ont été rejetées", a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'ex-candidat. Jean-Luc Mélenchon a lui-même réagi mercredi sur son blog, estimant que la découverte de ce projet d'attentat illustre "le niveau de dangerosité et la détermination de ces groupuscules violents à l’idéologie anti-républicaine". Le député de Marseille demande également la fermeture du local de l'Action française Provence dans sa ville.

D'après Le Monde, plusieurs armes ont été retrouvées à son domicile, et il avait pratiqué le tir. Le journal affirme qu'il avait baptisé son projet "OAS", en référence au sigle de l'Organisation de l'armée secrète responsable d'une campagne sanglante contre l'indépendance de l'Algérie au début des années 1960. Le jeune militant était, semble-t-il, obsédé par le concept de "grand remplacement" et avait pour objectif "d'enclencher la 'remigration'" de la France.