Avalanches en série dans les Alpes : deux morts et un blessé grave

Deux skieurs de 30 et 37 ans ont perdu la vie dans des avalanches mardi matin en Savoie. Une troisième personne a été gravement blessée dans une autre coulée de neige.

(Une avalanche a coûté la vie à un espagnol de 37 ans ce mardi à Val d'Isère © SIPA/ Mike Dunbar)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Depuis trois jours, il est tombé au total sur les pistes de Val d'Isère 65 centimètres de neige. De quoi sérieusement fragiliser le manteau neigeux. Et c'est ce qui a provoqué trois avalanches ce matin en Savoie, qui ont fait deux morts. La préfecture de Savoie appelle à "faire preuve de discernement et de prudence", le risque d'avalanche est élevé (niveau 4 sur une échelle de 5) sur l'ensemble des massifs du département.

Trois avalanches en quelques heures

Vers 10h30, une première avalanche a été déclenchée alors que trois skieurs français, employés de la station, évoluaient en hors piste, sur le massif de Bellevarde. Deux d'entre eux ont été blessés légèrement et secourus. Le troisième, un skieur français, est dans un état grave. "Les blessés étaient équipés de DVA [détecteur de victime d'avalanche, ndlr], ce qui leur a permis d'être retrouvés par les pisteurs secouristes" , explique un responsable de la station.

"On venait de finir cette première avalanche et de ranger le matériel quand on a eu une deuxième avalanche" explique Jean-Pierre Aguillon, le directeur de la régie des pistes de Val d'Isère. La seconde avalanche s'est déclenchée sur une piste fermée depuis le début de saison. 

Les précisions de Jean-Pierre Aguillon, directeur des pistes de Val d'Isère
--'--
--'--

Quinze pisteurs et deux chiens d’avalanches ont été dépêchés sur place. Malgré cela, les secours n'ont pas réussi à réanimer l'une des victimes, un Espagnol de 37 ans. Il n'était pas équipé d'un détecteur de victimes d'avalanches, selon la station. 

Par ailleurs, au même moment, un skieur tchèque de 30 ans est mort dans une autre avalanche, à Saint-Colomban-des-Villards. Il évoluait en hors piste, près du domaine skiable des Sybelles.