Attentat de Nice : "Il est quasiment impossible de prévenir ce genre d'actes"

Luc Poignant, membre du syndicat de police Unité SGP-FO, a estimé sur France info que se préparer à ce genre d'actes est "quasiment impossible", d'autant plus que la sécurité mise en place jeudi soir sur la promenade des Anglais était importante et à ce titre "quasiment inattaquable."

(L'effectif policier sur la Promenade des Anglais était important à l'occasion du feu d'artifice du 14 juillet © Maxppp)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Jeudi soir, un poids lourd a foncé dans la foule qui assistait au feux d'artifice du 14 juillet sur la promenade des Anglais, à Nice. Un dernier bilan fait état de 84 morts et de 18 blessés en état d'urgence absolue. Luc Poignant, membre du syndicat de police Unité SGP-FO, a estimé vendredi sur France Info que c'est "extrêmement difficile de se préparer à une attaque de cette nature-là".  En effet, il assure que "le véhicule n'a pas été choisi au hasard. C'est un véhicule lourd, un camion : pour l'arrêter c'est beaucoup plus compliqué."

"Il est extrêmement difficile de se préparer à une attaque de cette nature là" - Luc Poignant, membre du syndicat de police Unité SGP-FO
--'--
--'--

"Le dispositif de sécurité était important ...] il est quasiment inattaquable"

Selon ce policier, le dispositif de sécurité ce jeudi soir était important : "A peu de chose près le même dispositif que celui des fan-zones [...] Pour l'organisation du feu d'artifice, le périmètre était sécurisé sur la promenade des Anglais. Mais le véhicule a franchi le barrièrage et s'est lancé sur la foule sur une distance inouïe."  D'autant que hors Paris, la police municipale vient en renfort de la police nationale, ce qui représente un large effectif. "Et on savait pertinemment que sur la promenade des Anglais, pour le feu d'artifice et en période de vacances, il y aurait beaucoup de monde. Donc la sécurité, à ce niveau, est quasiment inattaquable" , a indiqué le membre du syndicat de police. "A un moment, on ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen " a-t-il ajouté.

Le policier a par ailleurs souligné le caractère exceptionnel du profil possible du tueur, estimé grâce à l'élément d'identité retrouvé dans le camion. "On attend la confirmation de l'identité du chauffeur, mais s'il s'avère que ce qui circule est exact, c'est quelqu'un qui était totalement inconnu de la DGSI, ce n'est pas quelqu'un qu'on surveillait, donc c'est extrêmement compliqué, quasiment impossible de prévenir ce genre d'actes", a affirmé Luc Poignant.

A LIRE AUSSI ►►► "La barbarie a frappé Nice", "Nous ne céderons pas" - toutes les réactions.

Plan vigipirate rehaussé : "Tout le monde est mobilisé 24 heures sur 24 [...] L'épuisement va aller jusqu'au bout."

Le plan Vigipirate a été rehaussé en "alerte attentat " dans le département des Alpes-Maritimes. Pour Luc Poignant, cela veut dire que "tout le monde est mobilisé 24 heures sur 24. Cela veut dire pas de vacances, on continue de ne pas voir sa famille, l'épuisement va aller jusqu'au bout. Mais c'est normal, on est dans une période très particulière."

Luc Poignant a précisé également ce qu'est la réserve opérationnelle, que François Hollande souhaite mobiliser pour soulager les forces de l'ordre : "Dans la police, vous avez les réservistes, c'est-à-dire des collègues en retraite qui peuvent revenir. Ils vont être rappelés, ça va permettre de déployer un peu plus de monde sur la voie publique. Ce sont des retraités qui ont fait au minimum 30 ans dans la police. Ce sont des effectifs en plus, de la surveillance supplémentaire ou complémentaire. Dans cette situation on prend toutes les bonnes âmes. "

A LIRE AUSSI ►►► "On a vu le camion foncer dans les gens, on les a vu tomber comme des quilles" : les témoins racontent.