L'assaillant du commissariat de la Goutte-d'Or, à Paris, n'avait pas de lien avec un réseau islamiste, selon la police allemande

La police du Rhénanie du Nord-Westphalie annonce n'avoir "découvert dans l'entourage de l'assaillant aucun indice indiquant l'existence d'un réseau islamiste".

Des policiers et des secouristes devant le commissariat de la Goutte-d'Or, à Paris, où un homme a été tué, le 7 janvier 2016.
Des policiers et des secouristes devant le commissariat de la Goutte-d'Or, à Paris, où un homme a été tué, le 7 janvier 2016. (REUTERS)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'homme abattu par la police française le 7 janvier alors qu'il tentait d'attaquer un commissariat dans le quartier de la Goutte-d'Or, à Paris, n'avait pas de lien avec un réseau islamiste, selon la police du Rhénanie du Nord-Westphalie, le Land allemand où Tarek Belgacem a vécu. "Au cours des deux dernières semaines, nous n'avons découvert dans l'entourage de l'assaillant aucun indice indiquant l'existence d'un réseau islamiste (...). Nous excluons dès lors, aujourd'hui, qu'il y ait pu avoir un réseau islamiste", a déclaré à la presse le chef de la police du Rhénanie du Nord-Westphalie, Uwe Jacob.

Un texte où il prêtait allégeance à Abou Bakr Al-Baghdadi 

Un drapeau de l'Etat islamique dessiné à la main et une revendication écrite en arabe avaient été retrouvés, à Paris, sur l'assaillant. Dans son texte, il prêtait allégeance au chef de l'Etat islamique, Abou Bakr Al-Baghdadi. La police française n'avait pourtant pas fait le lien avec l'Etat islamique. La ministre de la justice, Christiane Taubira, avait en effet souligné, sur i-Télé, que l'assaillant n'avait "aucun lien avec la radicalisation violente."