Attentat des Champs-Elysées : "On va repartir sur le terrain sans oublier Xavier", déclare le policier qui a tué l'assaillant

Dans "Le Parisien", deux policiers sont revenus sur l'attaque qui a coûté la vie à leur jeune collègue, sur les Champs-Elysées, trois jours avant le premier tour de la présidentielle.

Une vue des Champs-Elysées, à Paris, le 21 avril 2017, au lendemain de l\'attaque terroriste qui a coûté la vie à un policier. 
Une vue des Champs-Elysées, à Paris, le 21 avril 2017, au lendemain de l'attaque terroriste qui a coûté la vie à un policier.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"J'espère que Xavier n'a pas souffert." Après avoir été reçu au ministère de l'Intérieur, lundi 24 avril, en compagnie des trois autres policiers pris pour cible par Karim Cheurif, le chef d'équipage de police qui a abattu l'assaillant a témoigné dans les colonnes du Parisien. Il raconte avoir "donné l'ordre à chacun de sortir" après les premiers coups de feu qui ont mortellement touché Xavier Jugelé. "Si on avait été à l'intérieur, on serait tous morts", explique le policier de 44 ans. Cet ancien du Raid a ensuite "vidé" son chargeur et abattu l'assaillant alors que celui-ci faisait le tour du véhicule de police dans lequel ils se trouvaient quelques instants plus tôt.

Nous sommes toujours là pour protéger et servir cette France qu’on aime. Ne vous y trompez pas : on va repartir sur le terrain. Sans jamais oublier Xavier. Sa mémoire vivra à travers nous. Les terroristes n’atteindront pas notre moral.

Le policier qui a tué Karim Cheurfi

dans "Le Parisien"

Nicolas, brigadier de 34 ans, faisait aussi partie des policiers présents sur place au moment de l'attentat. Il raconte la terrible soirée de jeudi soir au Parisien : "J'ai constaté qu'il [Karim Cheurfi] tenait une arme longue qu'il orientait vers nous. Il a alors commencé à nous tirer dessus en mode rafale."  Peu de temps après, il décide de s'occuper du policier grièvement blessé. "J'ai tiré Cédric vers le véhicule pour le protéger. Il m'a dit qu'il souffrait dans le bas du dos. Je l'ai débarrassé de son gilet pare-balles", explique le brigadier. Opéré à l'hôpital Georges-Pompidou, à Paris, les jours du policier blessé ne sont plus en danger.

Hommage national mardi à 11 heures

Les quatre policiers de la 32e compagnie de la direction de l'ordre public et de la circulation visés par Karim Cheurfi ont été reçus lundi matin par Matthias Fekl, le ministre de l'Intérieur, à la place Beauvau, selon une source syndicale de franceinfo. Un hommage national sera rendu à Xavier Jugelé devant la préfecture de police de Paris, mardi 25 avril, à 11 heures, en présence de François Hollande. Le chef de l'Etat a par ailleurs invité les deux finalistes de la présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, à cette cérémonie.