VIDEO. Elsa Wolinski : "Je voudrais qu'on ne vote pas Le Pen après. Sinon, ils seraient morts pour rien"

Alors qu'elle commentait en direct la marche républicaine qui se déroulait à Paris, la fille du dessinateur assassiné dans l'attentat de "Charlie Hebdo", a appelé à ne pas tomber "dans une haine raciste" 

Voir la vidéo
FRANCE 2
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Georges Wolinski, assassiné à 80 ans dans l'attentat contre Charlie Hebdo, était une légende du dessin de presse. Alors que le monde entier se mobilise pour dire son dégoût du terrorisme, dimanche 11 janvier, sa fille Elsa Wolinski a appelé, sur France 2, "à ne pas faire d'amalgame" entre la religion musulmane et les terroristes.

"Ils combattaient l'extrême droite"

"Je voudrais vraiment qu'on ne vote pas Le Pen après, parce que sinon, [les dessinateurs de 'Charlie Hebdo'] seraient morts pour rien, explique-t-elle. Ils combattaient les extrêmes, c'est quand même ça 'Charlie Hebdo', ils combattaient les religieux, ils combattaient l'extrême droite. (...) Ne tombons pas dans une haine raciste."

>> Suivez les événements de la journée de dimanche en direct

"Bizarrement, j'avais toujours peur quand il allait à 'Charlie Hebdo', raconte la fille du dessinateur assassiné. Lui n'avait pas peur." "Je ne veux vraiment pas qu'il y ait de la haine qui ressorte de tout ça, même si aujourd'hui, c'est très beau ce qui se passe", affirme-t-elle, commentant en direct la marche républicaine qui se déroule à Paris et dans toute la France dimanche.

A Marseille, le 7 janvier 2015, un portrait de Georges Wolinski, tué à 80 ans par les assaillants. 
A Marseille, le 7 janvier 2015, un portrait de Georges Wolinski, tué à 80 ans par les assaillants.  (BORIS HORVAT / AFP)