Fusillades à Montrouge et porte de Vincennes : appel à témoins et numéro vert sur deux personnes "dangereuses"

Deux personnes sont recherchées dans le cadre des fusillades survenues jeudi et vendredi à Montrouge et à Paris : Amedy Coulibaly, 34 ans, et Hayat Boumeddiene, 26 ans. Il y a un numéro vert 0 805 02 17 17.

France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La police recherche deux personnes, une femme et un homme "dangereux", dans le cadre des fusillades de Montrouge (Hauts-de-Seine), survenue jeudi, et de la porte de Vincennes, à Paris, vendredi. La femme, Hayat Boumeddiene, est née le 26 juin 1988. L'homme, Amedy Coulibaly, est né le 27 février 1982. Un appel à témoins a été lancé, vendredi 9 janvier, avec un numéro vert : 08 05 02 17 17. Le ministère de l'Intérieur a mis par ailleurs à disposition un numéro unique de crise pour les victimes : 0800 40 60 05.

>>> Attentat à Charlie Hebdo : suivez les recherches des suspects en direct 

Les personnes recherchées, "susceptibles d'être armées et dangereuses, font l'objet de mandats de recherche du parquet de Paris dans le cadre de l'enquête diligentée suite à l'homicide volontaire en relation avec une entreprise terroriste commis le 8 janvier 2015 avenue Pierre-Brossolette à Montrouge", lit-on dans l'appel à témoins.

Coulibaly connaît bien Kouachi 

Selon les informations de France 2, confirmées par une source policière à l'AFP, vendredi 9 janvier, il existe en un lien entre Chérif Kouachi, l'un des principaux suspects de l'attaque de Charlie Hebdo, et Amedy Coulibaly, soupçonné d'être l'auteur de la fusillade de Montrouge. Les deux hommes ont fréquenté Djamel Bhegal, alias Abou Amza, condamné à dix ans de prison pour un projet d'attentat fomenté contre l'ambassade des Etats-Unis à Paris en 2001.

En 2010, Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly avaient été mis en examen pour avoir tenté de faire s'évader Smaïn Aït Ali Belkacem, condamné, en novembre 2002, à la perpétuité pour sa participation à l'attentat de la station RER Musée-d'Orsay, en octobre 1995. Une tentative d'évasion dont les préparatifs étaient chapeautés par Beghal. Chérif Kouachi avait bénéficié d'un non-lieu faute de preuves. Amedy Coulibaly avait, lui, été jugé et condamné à cinq ans de prison le 20 décembre 2013.