L'université d'Harvard lance un appel à contributions pour créer des archives "Charlie" sur les attentats de janvier

Dessins, affiches, magazines, photographies, poèmes, chansons et même tweets... La prestigieuse université américaine cherche à collecter vos souvenirs des attentats et de la mobilisation qui a suivi. Que vous soyez "Charlie" ou pas.

Une veillée place de la République, à Paris, le 7 janvier 2015, après l'attentat à la rédaction de "Charlie Hebdo".
Une veillée place de la République, à Paris, le 7 janvier 2015, après l'attentat à la rédaction de "Charlie Hebdo". (VOISIN / PHANIE / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dessins, affiches, magazines, photographies, poèmes, chansons et même tweets... Vos souvenirs des attentats de début janvier et de la mobilisation qui a suivi intéressent Harvard (Etats-Unis), rapporte France Bleu, mercredi 30 septembre. La bibliothèque de la prestigieuse université américaine lance un appel à contribution pour constituer un fonds d'archives "Charlie".

"L'idée, c'est de préserver ce matériau qui est très éphémère, explique à la radio Lola Mirabail, conservatrice de bibliothèque à l'Université Paris 8, chargée de relayer l'opération en France. Par exemple, beaucoup de dessins réalisés dans les rues après les attentats ont sûrement déjà été effacés. Nous collectons des documents, comme des photos ou des pancartes, que les bibliothèques n'ont pas l'habitude de conserver."

Le site du projet "Charlie" de la bibliothèque d'Harvard.
Le site du projet "Charlie" de la bibliothèque d'Harvard. (THE CHARLIE ARCHIVE)

"Un moment particulier du début du 21e siècle"

"Pour tous les futurs utilisateurs de la bibliothèque, ces archives documenteront un moment particulier du début du 21e siècle, précise le site du projet. Ce moment où le mot 'Charlie' a tout d'un coup pris une signification tragique et s'est chargé d'émotions, d'opinions et d'intentions conflictuelles."

Une fois la collecte terminée et une base de données mises en place, "elle sera accessible à tous grâce à un site internet", détaille Lola Mirabail. Et pas uniquement des témoignages de soutien : Harvard accepte aussi bien les "Je suis Charlie" et les "Je ne suis pas Charlie". Vous pouvez proposer votre contribution directement en ligne (formulaire en anglais).